• Tome 3 : Tentations et Tiraillement : Partie 18

    POV Rod

    Mat est parti voir Leila, il faut bien qu'il lui dise... Il m'a choisis moi, je suis vraiment super content, David se fou de ma gueule car je souris parfois comme un con. Je dois vraiment avoir l'air stupide.

    Je bosse pour passer le temps. J'essaye d'inventer un cocktail, vu qu'il n'y a personne. D.D m'aide en goûtant. Les essais que je viens de faire ne sont pas concluant. Le dernier on l'a recraché en rigolant sous les regards moqueurs d'autre clients. Un photographe habitué, Samuel nous rejoint. Il trouve ça bien d'aider son « bar préféré » à créer des cocktails.

    On passe donc la journée à boire... Enfin petites gorgées, heureusement que je tiens l'alcool. Enfin, faut dire qu'on recrache beaucoup, parfois c'est vraiment dégueulasse ... En tout cas, ça me permet de penser à autre chose avant le retour de Mat... de MON matou. Je souris en pensant à lui... mon matou chat.

    POV Mat'

    Leila… mais qu’est-ce que j’ai fait. Elle est comme ça à cause de moi… comment j’ai pu être aussi cruel avec elle. Elle est debout en face de moi. Elle baisse les yeux, les larmes coulent sur son visage. Elle semble en pleine pensée. Elle essuie son visage du revers de la main, puis lève la tête pour plonger ses yeux couleur de nuit dans les miens. Elle dit d’une voix décidée,

    - Obéis moi Mat… si tu ne le fais pas je détruirai Rod…

    Elle avance vers son attaché caisse et jette plusieurs papiers sur la table.

    - J’enverrai ces documents aux médias… et je ferai un article moi-même s’il le faut…

    J’avance et jette un œil aux papiers. Mon sang se glace. Il y a des photos de document qui serait falsifier au nom de Rod… ça produira vraiment pas mal de dégâts… Rod pourrait même aller en prison si elle arrivait à prouver ses dires… ce sont vraiment des photos du bar de Rod… quand… comment… je lui lance un regard inquiet. Elle sourit, un sourire triste mais un regard déterminé. Leila

    Elle s’approche et me dit,

    - Tu me crois maintenant ? Je n’ai qu’à le vouloir pour que ta vie et celle de Rod soient complètement détruites… alors ne me pousse pas à le faire Mat… je t’aime… je t’aime tellement… je n’accepterai pas que tu appartiennes à une autre personne que moi…

    Elle parle d’une voix profonde… son regard est voilé. Rod… je n’ai pas envie que par ma faute sa vie soit détruite. Je ne veux pas lui poser d'avantage de problèmes. C’est de ma faute si Leila est devenue ainsi… la jalousie et la tristesse l’ont poussé à dépasser cette ligne de non retour. Je frissonne... il... Je dois tout faire pour qu’elle n’envoie pas ces papiers… je ferai tout pour le protéger. Leila avance vers moi sans me quitter du regard et m’embrasse tout en passant ses mains autour de mon cou. Je romps le baiser et m’écarte un peu mais elle me retient. Elle me regarde plus sévèrement, d’une voix est froide elle me dit,

    - Obéis-moi où Rod souffrira…
    - Leila s’il te plait…
    - Tu es décidé à m’obéir ?
    - Je…
    - Très bien alors j’envois tout, d’ailleurs tout est déjà chez un magasine près à être lancé si je ne les averties pas personnellement de ne rien faire… le service sanitaire sera prévenu…

    Elle s’écarte et se tourne partant en direction de son ordinateur. Mon cœur se serre. Je lui attrape la main, la stoppant dans son hélant

    - Non… attend…
    - Tu t’es décidé ?
    - D’accord… je ferais ce que tu veux alors dit leur de ne pas les faire paraitre…

    Elle semble satisfaite de ma réponse, prend son portable et envoie un message. Je fixe le sol… j’ai toujours l’art de me fourrer dans de ces merdiers… Elle pose ensuite son portable sur la table et s’approche vers moi. Elle m’embrasse et passe sa main dans mes cheveux avant de me prendre par la main et de m’emmener dans notre chambre. Elle me pousse sur le lit et se positionne sur moi en m’embrassant fougueusement. Elle touche mon torse, se laisse glisser entre mes jambes puis enlève mon T-shirt avant d’embrasser mon torse avidement. Je ne bouge pas, je la regarde faire sans participer… elle défait mon jeans, ouvre la fermeture éclair et sort mon sexe de sa cloison de tissu. Elle le prend en bouche et fait quelques allé retour mais je n’arrive pas à être excité… je n’ai qu’un sentiment de tristesse et de dégout. Elle arrête sa gâterie et lève des yeux rageurs avant de me dire,

    - Tu ne bandes même plus pour moi? Tu te fous de ma gueule Mat?
    - …
    - Très bien…

    Elle se lève et fouille dans son tiroir à la recherche de je ne sais quoi. Je la regarde sans vraiment la regarder… Rod… j’ai tellement envie de te voir. Elle se repositionne entre mes jambes, passe sa main derrière ma nuque pour la soulever et m’embrasse à pleine bouche. Sa langue passe dans la mienne et s’infiltre un peu trop en profondeur. Je sens que j’avale quelque chose. Elle rompt le baiser. Je toussote un peu et la regarde un peu apeuré avant de lui demander,

    - Qu’est-ce que tu m’as donné…
    - Un médicament contenant de l’aphrodisiaque… Ca va t’aider… avec ça tu vas bander et même aimer et pas qu’un peu… tu vas me supplier de te laisser me pénétrer…
    - Leila… je…

    Je me sens bizarre… elle m’embrasse le cou. Mon cœur s’accélère… j’ai chaud

    - Ça commence déjà à faire effet ? C’est vraiment efficace tu ne trouves pas ?

    Effi… cace ? J’ai de la peine à respirer… j’ai l’impression que mon cœur va sortir de ma poitrine, je le sens taper fort… trop fort. J’ai chaud… si chaud… j’ai l’impression de ressentir dix fois plus les sensations de ses caresses sur mon corps. Ma vue est légèrement brouillé.

    - Wow… tu bandes comme jamais… je préfère ça…

    Je sens sa bouche sur mon frein… je sens que je vais exploser… des gémissements incontrôlés s’échappent d’entre mes lèvres. Je suis dans un état second. J’ai l’impression de m’évanouir par moment, de n’être que semi-conscient de ce qui arrive, je ne suis plus maitre de mon corps. J’ai l’impression de voir des flashes, de ne pas être vraiment là. Je suis sur elle… je lui fais l’amour sauvagement… je me retrouve sur le dos, je vois son corps se mouvoir sur moi. Ma tête tourne... j'ai l'impression d'être bourré... non... pire drogué. Je ferme les yeux, je jouis… une fois… puis deux fois… je ne sais pas combien de fois on l’a fait… je ne contrôle plus rien… je ne suis plus maitre de rien… je m’entends gémir… lui supplier d’aller plus vite… je ne me reconnais plus… même ma voix n'est plus pareil... je me fais peur… j’ai peur de cette rage incontrôlable qui m’habite… de ses pulsions que je n’arrive à gérer… de cette douleur qui tiraille mon bas ventre, nos cris résonnent à mes oreilles… je vois flous… la pièce tourne… je m’évanouis

    POV Rod

    Il n'est pas revenus, c'est quoi ce bordel ? Je... Non il a du rester là-bas pour lui parler, c'est rien il va revenir... Je vais aller me coucher et tout ira bien, demain il viendra me voir et m'embrasser et je pourrai lui faire l'amour encore une fois...

    Enfin c'est ce que j'ai pensé hier soir...Je suis descendu assez tôt pour laver mon bar avant l'ouverture, j'étais en train de préparer l'ouverture imminente quand un inspecteur sanitaire est venu me voir. Je ne comprends pas trop, il me montre des papiers et des photos.

    Sur ces dernières on voit mon bar et surtout des cafards au sol de la cuisine et un papier de l'inspection sanitaire de janvier dernier, falsifier grossièrement... C'est quoi ces conneries ? Je n'ai aucun cafard et je n'ai jamais rien falsifié. L'inspecteur ferme mon bar et met une affiche « Fermé par les Services Sanitaires » La pire horreur qui puisse m'arriver. Le bouche à oreille du monde de la mode est rapide, extrêmement rapide... Je suis foutu rien qu'avec ça...

    L'inspecteur me demande de prouver que je n'ai jamais falsifier les papiers. David qui arrive à 14h, parle avec l'inspecteur, lui disant qu'il n'y a jamais eu de document falsifiés, que nos notes sanitaires sont au plus haut. Je vais chercher mes documents, j'ai garder la manie d'Abuelita de tout ranger, ce qui fait que je n'ai qu'a prendre le classeur « sanitaire ». A l’intérieure j'y trouve tous les contre-rendus sanitaire. L'inspecteur peut alors tout vérifier, il prend des photos, signe des papiers que je dois aussi signer à mon tours. « Pour classer sans suite les accusations » un truc du genre.

    A 16h un nouvel inspecteur rejoint le premier. Il réalise une inspection de son côté. Il vérifie tout dans les moindres détails. Encore plus qu'à l'habitude. Il fait des testes dans les éviers, les pressions du bar tout... Il a mis une heure à tout faire puis réalise la nouvelle plaque d'inspection sanitaire qu'il installe lui-même. David prend une photo à se moment, l'inspecteur lui demande pourquoi, il explique qu'il ne veux pas qu'une accusation à tord revienne. Les inspecteurs signent le polaroïd pour prouver qu'elle n'est pas truqué.

    I-Bon, vous êtes hors d'accusation, après vérification il a été prouvé que vous n'avez rien falsifié.
    R-Qui nous a accusé ?
    I-D'après le contre-rendu, il semblerait que se soit un magazine. « Poeple mode ».
    R-Ok.. Merci.

    Il nous dit qu'avec les nouveaux papiers ont n'aura pas de problèmes, que peu de clients ont frappés à la porte. Ils ne se rendent pas compte de qu'elle type de clients ont parlent. Ils partent juste après, pancarte de fermeture sous le bras. David est rentré chez lui avec Pablo, le cuisinier. Je suis assis par terre contre le bar quand je vois Mat entrer, tête baissé. Il ne semble pas bien, il ne veut pas me regarder.

    -Amour ?
    -...
    -Amour regarde moi
    -...

    Je soupire, me lève et monte dans mon appart' sans le regarder, Je murmure juste « Journée de merde putain.. » Pas vraiment discret, mais pas faux.

    POV Mat'

    Lorsque je me réveille, l’appartement est vide. La montre indique 11h… Je m'assois au bord du lit, je ne me sens vraiment pas bien. J'ai des nausées, mal au ventre et à la tête. Je me lève, manquant de peu de m'écrouler au sol. Je vais à la cuisine pour prendre un verre d’eau. Je trouvé un petit mot de Leila « Je pars bosser. Rappel toi bien de notre accord… tu m’obéis où tu sais ce qui risque de se passer… j’ai le pouvoir de vous nuire… rappelle-toi ceci… Je t’aime… Leila ». J’ai la nausée… je m’avance vers le lavabo juste à temps pour y vomir de la bile. Je me laisse glisser contre le meuble et m’assois par terre toute force m’ayant quittée. Je vais y resté un moment avant de me rendre dans la salle de bain et de me glisser sous les jets d’eau chaude. L’eau sur mon corps me fait un bien fou… je vais rester sans bouger un long moment… je n’ai pas envie de partir. Je m’assois dans la baignoire, remontant mes jambes contre mon torse et appuyant mon front sur mes genoux. L’eau coule sur mon corps… je fais le vide dans ma tête... je veux oublier tout ce qui s’est passé… je ne veux penser à rien. Je finis par sortir de la douche, me regarde dans la glace, mon reflet me dégoûte. J’ai plusieurs suçon sur le corps… beaucoup trop pour que ça passe inaperçu. J’ai aussi des marques de griffures et de croutes rougeoyantes sur le torse, le ventre et sur le dos. Je frissonne et détourne le regard. Je n’ai qu’une pensée qui me vient en tête… J’ai trompé Rod. Un haut le cœur me reprend. Je m’assois par terre pour me calmer un peu, puis sort de la salle de bain, me rends vers mon armoire et m’habille avant de quitter l’appartement sans me retourner.

    Je vais passer la journée dehors, me promenant le long de la rive, j’ai envie de boire de l’alcool… cette envie me tenaille et revient sans cesse... je fais mon possible pour chasser cette envie… je ne veux pas refinir comme la dernière fois. Je m’appuie contre un arbre dans un parc et me laisse glisser jusqu'à ce que je me retrouve assis par terre. Je regarde le ciel bleu. Je vais dormir un peu, puis vers 16h, je me réveille en sursaut. Il va me falloir un petit moment pour réaliser où je me trouve. Je me lève et décide de marcher. Je m’infiltre dans les rues de la ville, allant de ruelle en ruelle et remarque soudain que mes pas m’ont conduit au bar de Rod. J’hésite à entrée… puis finit par le faire. Je remarque assez vite Rod assis par terre contre le bar. Mon cœur se serre, je détourne le regard et fixe le sol. Il m’appelle… non… ne me suis pas. Je me précipite dans les escaliers et entre dans son appartement. Je m’éloigne un peu de la porte, je l’entends entrée derrière moi. Il soupirs puis dit entre ses dents

    - Journée de merde putain…

    Il ne semble pas bien… fatiguéépuisé et à bout de nerf... Je l'ai rarement vu ainsi. J’hésite à demander, puis je le fais pas très rassurer,

    - Pourquoi ?
    - Quoi "Pourquoi" ?
    - Tu parles d’une journée de merde…

    Il s’avance et s’assoit sur le canapé en posant une main sur son front en pestant tout en me disant d'une traite,

    - On a reçu la visite du service sanitaire…

    Non… mon cœur se serre, je me tourne vers lui apeuré, il continue

    - Un putain d’enfoiré de chez « People Mode » aurait balancé des conneries sur la falsification de document…

    C’est un rêve… ça ne peut pas être vrai…

    - Ils ont fermé le bar pendant quelques heure… putain… t’imagine la répercussion… avec un putain d’écriteau de merde disant « Fermé par les services Sanitaires »… putain j’hallucinais tu le crois ça ?

    Non… dit moi que c’est une blague… allez dit le moi Rod… non… putain non… elle avait promis… Pas Rod… détruit moi mais ne le touche pas lui… je t’en supplie Leila… pas Rod…

    - Ils pouvaient agiter des banderoles pendant qu’il y était… Tu m’écoutes Mat ? Eh ! Putain Matou ça va ? Oh répond moi !!! »

    Mon cœur me fait mal, mes jambes ne me retiennent plus… les larmes coulent sur mon visage… mon cœur me fait si mal… ma vue se brouille… je m’écroule à terre.

    POV Rod


    Il a quoi ? Il lui arrive quoi ? Il a du mal à respirer et se tient la poitrine, nan ! Nan me fait pas ça ! Je l'ai pris dans mes bras, je... L’hôpital, il faut que j'aille à l’hôpital avec lui ! Je le prends dans mes bras, puis le porte jusqu'à ma voiture. Je roule vite, trop vite vu le flash que je viens d'apercevoir.

    Arrivé aux urgences, une infirmière le prend en charge rapidement, me disant d'attendre dans la salle près de l’accueil. Non, s'il vous plaît pas lui, pas encore une fois s'il vous plaît ! Ne me le prenez pas comme vous me l'avez prise elle !

    J'appelle Bri, il arrive après une heure, au même moment que le médecin.

    -Vous accompagnez M. Onigan ?
    -Oui.
    -Il va bien, il a fait une crise d'angoisse. Nous l'avons mis sous sédatifs. Nous allons le garder une nuit, après quelques examens demain, il pourra sortir.
    -D'accord, merci.

    Je tombe presque de soulagement quand il part.

    B- Ça va Rody ?
    R- Ouais, mauvaise journée mais, ça va.
    B- Tu veux dormir chez moi ? C'est plus près de l’hôpital.

    J'accepte, je ne peux pas aller voir Mat, je viendrai demain même si ça me tue de ne pas pouvoir allé le voir. Quand j'arrive à l'appartement je rassure Len. Il s'est tout étalé de soulagement quand il a su que Mat allait bien. Bri l'embrasse puis va faire à manger. Je passe une soirée tranquille même si je suis assez mal avec tout ce qui s'est passé. Je vais me coucher après un appelle de Cindy.

    C-Rod ? Tu n'es pas chez toi ?
    R-Nan, je suis chez Brivael.
    C- J'ai appris pour ton bar, que s'est-il passé ?
    R- Une fausse accusation de « People mode », j'ai peur que ça me fasse faire faillite... Beaucoup de clients ont vu le panneau de fermeture par les services sanitaires...
    C-T'inquiète pas, tu arrivera à te relever. Mat est avec toi ?
    R- Non, je sais pas ce qu'il a, il a fait une crise d'angoisse il est à l'hosto.
    C- Quoi ?
    R-Il va bien, je vais le chercher demain.

    On parle un peu puis je m'en dore dans la chambre d'amis. Je me réveille le lendemain à 8h, après avoir mangé avec Bri et Len, je pars à l’hôpital attendre des nouvelles de Mat. Vers 10h je vois Cindy et Leila arriver, cette dernière me lance un regard noir.

    -Alors, tu n'es pas en train de désinfecter ton bar ?
    -Comment tu sais ça toi ?
    -Les infos circule vite. Les photos sont de bonnes preuves, ton bar dois être fermé.

    Des photos ? Comment elle sait que... Putain elle a osée...

    On est coupé par le médecin, il autorise les visites de la famille seulement, cette salope de Leila peut y aller car elle est "sa fiancée"... Je vais devenir fou !

    « Tome 3 : Tentations et Tiraillement : Partie 17Tome 3 : Tentations et Tiraillement : Partie 19 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :