• Tome 2 : Tentations et renouveaux: Partie 9

    POV Henriette

    Aujourd'hui, cela fait trois mois qu'il est dans le coma. Cette chemise n'est vraiment pas de bonne qualité, je lui ai acheté une chemise et un pantalon de coton, ce sera beaucoup mieux. L'aide soignante n'est vraiment pas douée, je l'ai chassé de la chambre, je vais habiller mon fils moi-même. Il n'est pas léger, un régime serait le mieux pour lui. Et tous ces tatouages... mon seigneur aide nous...

    J'ai appris par les infirmières que le jeune malotru venait voir Bri, je n'aime pas ça. Arielle heureusement ne viendra plus m'embêter, elle entre à l'hôpital pour son accouchement. J'ai demandé à Bernard de surveiller Bri pendant que je l'appelais. Je n'avais pas envie d'entendre sa voix.

    - Jeune homme, je suis la mère de Brivael, je voulais vous annoncer qu'il s’était réveillé mais, ne souhaite plus vous voir. Il revient dans le droit chemin, je vous demande donc de rester loin de lui. Il vous laisse l'appartement et ses affaires, il n'en a plus besoin.

    Il ne m'a pas parlé, heureusement. Le médecin m'a annoncé que Bri pouvait être installé à la maison. Les appareils ne devront pas être débranchés mais, il est assez stable pour ne plus rester à l'hôpital. Son coma dur depuis trois mois et risque de durer plus longtemps encore. Je préfère le savoir près de moi que dans cet endroit infecte qu'est l'hôpital.


    POV Len

    Je me laisse tomber par terre, le téléphone toujours dans ma main émet un bip bip constant.
    C’est une erreur hein ? Ca ne peut pas être vrai… c’est forcement faux… Bri ne… enfin il… c’est impossible… il est fâché parce que je ne suis pas assez venu? Ahah… si c’est ça je vais m’excuser et tout ira bien non ? Oui c’est… c’est forcement ça. Et peut-être n’est-il pas réveillé.
    Je me lève et me rends dans la salle de bain. Je laisse mes vêtements glisser le long de mon corps puis je me glisse sous les jets d’eau chaude. Je sors, me sèche puis m’habille. Qu’est-ce qu’on est sensé apporté à une personne qui sort du coma ? Je vais en ville pour acheter un livre sur la box thaï, puis du chocolat. Je me rends ensuite à l’hôpital, je monte au troisième étage et avance jusqu’à sa chambre. Je m’apprête à ouvrir la porte puis me fige la main au dessus de la poignée. Je secoue la tête et me dis au fond de moi « Allez Len… il y a forcement une erreur, tu vas juste rentrer, dire que tu es désolé et il te pardonnera… après tout vous vous aimez hein ? » Je respire profondément puis abaisse la poignée. Et la, la porte s’ouvre sur… une chambre vide. Mon cœur loupe un battement. J’attrape la première infirmière que je vois et lui demande affolé,

    - Ou est Brivael ?
    - Brivael ?
    - Brivael Auceia ! Le garçon qui était dans cette chambre !!!
    - Ah ? Il est rentré chez lui…

    Je me laisse tomber sur le sol, dénué de toute force.

    - Jeune homme ? Tout va bien ? Vous m’entendez ?

    Il n’est plus là… il est donc bien réveillé… sinon il serait encore sur ce lit. Une autre infirmière arrive et s’accroupi vers moi,

    - Vous devez être Len pas vrai ?
    - Vous me connaissez ?
    - On ma demandé de vous remettre ça…

    Elle me prend la main et y dépose une chainette. Lorsque je la prends entre deux doigts, je vois au bout les deux pendentifs en argent que j’avais offert à Bri pour notre anniversaire… un petit chat et des gants de box. Un rire amer noie soudain ma gorge et je ris a gorge d’éployer tout tenant le point fermé sur la chainette en argent. Je me lève et quitte l’hôpital. Je garde la tête vide jusqu’à arrivé dans l’appartement. J’ouvre la porte et m’appuie contre celle-ci pour la fermer. Je me laisse ensuite glisser contre la parois de bois avant d’enfuir ma tête entre mes genoux. Je n’ai plus de force… c’est bizarre je devrai pleurer mais je n’y arrive pas… mes yeux sont comme séché de toute trace de larme. Je rigole à nouveau... je finis par me lever et mettre la chainette dans le cendrier qui se trouve sur le petit meuble à coté de la porte… là où je mets souvent mes clés. Je me laisse tomber en arrière sur mon lit, les bras ouvert. Je regarde le plafond un petit moment avant d’enfiler un pantalon de jogging et un Tee-shirt et de sortir courir un peu.


    POV Dylan

    Assis à table, Len sirote un thé glacé tout en lisant une revus sur la physique quantique. Lisa me regarde inquiète, je me tourne vers Nico pour voir qu’il est aussi inquiet que nous. Je me racle la gorge puis me risque de demandé à Len,

    - Len tout vas bien ?
    - Oui.
    - T’en es sur ?
    - Combien de fois tu vas me poser la question ?
    - Len…

    Il ne décroche pas les yeux de son bouquin. Ça fait plus d’une semaine maintenant qu’il est comme ça. Pour des personne qui ne le connaitraient pas, il semblerait normal, il verrait quelqu’un de minutieux et un bourreau de travail mais pour nous qui le connaissons… ce n’est pas Len. Len n’est pas comme ça. Il sourit souvent, il a la joie de vivre, il étudie mais s’amuse. Ce Len devant moi est froid, il n’a plus cette joie de vivre qu’il a toujours montré. Il ne s’amuse plus et se plonge entièrement dans les études. Il est bizarre… je suis allé le voir hier il m’a dit qu’il n’avait pas le temps car il devait courir. J’ai donc couru avec lui mais… il donnait l’impression de courir sans but, le regard dans le vide. Putain il m’a foutu les boules et j’ai toujours cette peur présente en moi. Je dis dans un soupir de tristesse,

    - Où es-tu passé Len ?
    - Je suis juste devant toi… Dylan achète toi des lunettes.

    La sonnerie retenti et Len se lève pour allez en cours. Je le regarde partir, sa silhouette se mélange aux autres…

    - Non Len… tu n’es pas là… ton corps est là mais ton esprit est ailleurs.

    POV Len

    Après les cours, je me suis rendu au boulot. Mon père m’a fait appeler dans son bureau.

    - Père ?
    - Ah te voila…
    - Vous vouliez me parler ?
    - On m’a demandé si tu voulais faire un stage chez Cosmopolite pharmaceutique…
    - Hein ? C’est l’entreprise de…
    - Cooper Ride… tu te souviens sans doute de lui n’est-ce pas ?

    Mon cœur se serre… comment oublier cet homme. Ma tête tourne un peu. Je me tiens au bureau de mon père. Il me regarde interrogateur. Cet homme… il était venu me voir au lycée un jour au pensionnat… je l’ai revu en vitesse un peu plus tard…

    - Len je ne suis pas patient…
    - J’irai…
    - Sage décision… ne me déçois pas.
    - Oui père…

    Je quitte le bureau et me rend dans la salle de recherche où je me plonge dans mes bouquins et mon travail. Vers 21h, je quitte l’entreprise et rentre chez moi. Je glisse un plat tout fait dans le micro-onde pendant que je prends une douche. Je mange une ou deux bouché mais n’ai guerre faim. J’avance un peu ma thèse jusqu’à 2h, puis je vais me couché épuisé par cette journée.


    POV Ari

    L'accouchement m'a crevé, 6 heures à pousser pour qu'un petit bout naisse. Grégory est né à 10h45, les infirmières l'ont emmené pour vérifier s'il va bien. Ce n'est qu'à 17h que Len est arrivé avec Pierre et ma puce. Len a pris mon bébé dans ses bras, il souriait mais ses yeux ne montraient rien, il semblait vide... Que lui arrive-t-il ?

    Pierre l'a ausculté quand ils sont rentrés.

    POV Len


    Je descends les escaliers pour arriver au salon. Natanial m’accueil par une accolade. Cet homme me fait sourire.

    - Alors ptit Len ! Tu n’es toujours pas d’accore pour te mettre au Kung fu ?
    - N’importe quoi papa, s’il se met à un sport, ce sera le Karaté ! Intervient alors Miguel
    - Ou la boxe anglaise, enrichie Pascal.
    - Ça suffit lâcher le un peu… soupir Dylan en rentrant dans la pièce.
    - Dydo vient un peu par là…

    Miguel lui saute dessus et entame un combat de Karaté, Pascal rentre très vite dans la partie et entame des prises de boxe. C’est toujours hallucinant de voir Dylan se battre avec deux sortes de technique de combat en même temps… ce mec deviendra un pro c’est quasi sûr… Natanial, le père de Dylan rigole en voyant mon air ahuri,

    - On entraine Dylan depuis qu’il est nourrisson ahah… comme tu le sais, je suis prof de Kung fu…
    Oui et Miguel a été champion du monde de Karaté junior quand il était plus jeune. Il va tenter d’être champion du monde chez les adultes cette année… alors que Pascal est un Pro de Boxe anglaise. Dylan a encore une grande sœur qui est une pro mais d’un tout autre style de combat… elle est catcheuse professionnel et voyage dans le monde entier… elle est en ce moment en Amérique pour catcher avec les plus grande de ce monde. C’est vraiment une famille de fou il y a rien à dire. Je regarde l’heure,

    - Ah mince je vais être en retard…
    - Je t’amène p’tit Len… prend une miche de pain avant de partir ! me dit Dylan en se dégageant des coups de ses deux frères.

    Ça fait maintenant presque un mois que je vis chez Dylan. Je suis mal à l’aise d’abuser de sa gentillesse de la sorte.

    POV Dylan

    J’amène Len jusqu’au Cosmopolite pharmaceutique. Il me fait un bref signe de tête et me remercie avant de sortir de la voiture. Je soupirs… Len parait si triste. On a l’impression qu’il a mis un masque « anti-émotion » depuis un peu plus d’un mois… en fait depuis que son mec l’a quitté. Il y a un mois, j’ai reçu un appelle de Len… il était bizarre, il parlait de manière monotone et presque mécanique. Dans la conversation j’ai apprit qu’il vivait dans une petit chambre d’étudiant, que son mec l’avait foutu dehors pour y habiter avec sa nouvelle miss. Je suis direct allé le voir et il était sur son lit à fixer le vide. J’ai pété les plombs j’en pouvais plus de le voir comme ça. J’ai pris ses quelques affaires qui étaient surtout des livres pour les cours et un petit carton puis je l’ai forcé à venir habiter à la maison. De ce fait j’arrive au moins à le faire manger un peu même s’il n’a plus d’appétit depuis presque 5 mois. Il s’est enfermé dans un semi mutisme, il s’est encadré d’un mur que je n’arrive pas à franchir. J’ai l’impression qu’à son nouveau boulot il ne se sent pas bien, mais il me dit toujours que « tout va bien », de cette manière qui sonne très faux dans sa bouche. Je soupirs et baisse les yeux, tiens ? Je ramasse une enveloppe qui est plié en deux. C’est à Len… son nom est écrit dessus et son ancien adresse. J’hésite à l’ouvrir… oh et puis merde. J’ouvre l’enveloppe et regarde la lettre à l’intérieurs elle est assez froissé mais on arrive encore à lire.


    « Len,
    Si je t’écris aujourd’hui, c’est pour te dire à travers cette lettre que tout est définitivement finit entre nous deux. Je n’ai pas envie que tu te fasses encore des illusions sur le fait qu’on pourrait revenir ensemble. Sache que ce n’est pas possible car j’ai rencontré quelqu’un d’autre. Je suis tombé amoureux d’une femme formidable et à mes yeux tu n’es plus que « le passé ». J’aimerais que tu quitte mon appartement au plus vite, après tout il est à mon nom alors il m’appartient et je veux y habiter avec ma nouvelle fiancée. Je te donne trois jours pour trouver autre chose, si tu es encore là, ma mère viendra t’aider à déménager, je suis trop occupé avec ma chérie pour venir m’embêter avec toi.
    Brivael »



    Putain… il lui dit tout ça dans une lettre ? Il est con ? Si je vois ce gars je crois que je vais le fracasser un bon coup pour lui remettre les idées en places… Len… je regarde en direction de l’entreprise ou il vient de s’engouffrer.

    « Tome 2 : Tentations et renouveaux: Partie 8Tome 2 : Tentations et renouveaux: Partie 10 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :