• Tome 2 : Tentations et renouveaux: Partie 8

    POV Henriette

    Je ne supporte pas ce petit malotru. Comment un pécheur comme lui a pu entrer ici ? Arielle me regarde méchamment, je ne lui permets pas cela !

    -Jeune Fille ne me regardez par comme ça !
    -Madame ! Len a le droit d'être ici !
    -Non ! Je ne le permettrais pas !
    -Bri voudrait le voir ! Vous ne pouvez pas l’interdire, ils sont ensemble depuis quatre ans !
    -Je ne veux pas le voir !

    Pourquoi veut-elle m'imposer un être comme ça ? Je ne veux pas, je ne peux pas accepter ceci !

    - Madame, je vous propose une chose, je travaille la journée mais je peux venir de 16 à 20h ici. Donc, Vous viendrez la journée et partirez à 15h30… je prendrai alors le relais. Nous ne nous croiserons pas, ce qui nous arrange toutes les deux.
    -Je... mais… bon… d'accord, Je vais accepter ceci, vous être la tutrice légale de Brivael depuis le lycée, je ne peux pas non plus vous retirer vos souhaits.

    Je suis allé voir mon fils, toujours autant de fils et tuyaux. Le médecin m'a annoncé qu'il ne devrait pas y avoir de séquelles mais, que tout pronostique n'était que temporaire, il faut attendre son réveil.

    POV Len

    J’ouvre la porte de l’appartement et glisse dans la pénombre de la pièce. J’ai passé le reste de l’après-midi dehors avant de me décider à rentrer. J’allume la lumière et éclaire le salon. Je me rends dans ma chambre, laisse tomber mes habits à terre et me couche sur le lit. Dès que je m’allonge sur le sommier, je sens un grand vide à côté de moi, un point s’installe au milieu de mon ventre comme une multitude de fourmi envahissant un bout de pain. Je me lève et abandonne l’idée de dormir au profit d’un bain. Je me laisse glisser dans la baignoire, l’eau chaude m’enveloppe jusqu’au cou. Je fixe un point du mur dans le vide, je n’ai envie de penser à rien surtout pas à aujourd’hui.

    Je sors de la salle de bain environ deux heures après. Je m’avance dans la cuisine pour prendre un verre de lait. Lorsque je referme la porte du frigo, je me fige. Au milieu de la surface blanche, il y a plusieurs photos de Bri et moi. Celle qu’on voit le plus est celle du lycée, celle prise dans l’infirmerie. Je la prends en main… cette photo… mon cœur se serre. Je la retourne et y découvre l’écriture de Bri,

    « Mon chaton et moi au début de notre relation - chaton c’est grâce à toi que je tiens jour après jour dans cette prison. »

    Un son étranglé sort de ma bouche lorsque je reconnais cette écriture si familière. La douleur est si forte que je me mets à respirer de façon irrégulière. Je finis par m’écrouler par terre, mon cœur est parcouru de spasme et les larmes coulent tout seul sur mon visage sans que je puisse les retenir. Le silence de l’appartement est pesant… si vide…

    Je n’ai pas dormi de la nuit. Je n’ai pas cours aujourd’hui et j’ai congé. J’étais sensé passé la journée avec Bri… on se réjouissait d’enfin passé du temps ensemble. Je n’arrive pas à rester seul dans cet appartement… je prends ma veste et sort.


    POV Dylan

    Soirée de fou, je suis cassé et j’ai mal partout… des fois je déteste être le cadet… surtout qu’avec trois frère sportifs à mort et complètement taré, les entrainements sont pas de tout repos. Ma p’tite noiraude baille à côté de moi. Je rigole et la prend dans mes bras. J’aime trop ma Lisa-namour. Elle me regarde et sourit avant de soupirer,

    - Bah quoi princesse ?
    - Tu trouves pas que Len agit bizarrement depuis trois jours ?
    - Ah… tu trouves aussi ?

    Je regarde en direction de Len qui est à côté de Nico. Il fixe le mur depuis le début de la leçon et a la tête dans les nuages. Heureusement qu’on est dans une classe de plus de 100 élèves car dans une petite classe, il aurait été repéré par les profs direct.

    La sonnerie de midi retenti et je vois Len enfouir ses affaires dans son sac sans même fermer sa trousse, puis se lève par automatisme…

    - Putain… on dirait qu’il a été lobotomisé.
    - Oh t’exagère Dylan…
    - Nan regarde on dirait un robot il est comme…vide.

    Je range mes affaires puis prend ma puce par la main pour rejoindre Len. Ce dernier se fait parfois bousculer par d’autres élèves mais il réagit même pas.

    - Len ? Ouh ouh Len attend ! crit Lisa

    Ce dernier ne se retourne pas,

    - Laisse Lisa on le retrouvera à la cafet’

    Arrivé à la cafet, il prend un plateau et prend de la bouffe super infecte, une sorte de salade thon-petit poids qui est vraiment immangeable. Qu’est-ce qu’il nous fait là ? Il s’avance et *boooum* il se retrouve par terre sa nourriture étaler sur le sol. Il reste assis par terre à regarder son plateau sans bouger. Je soupirs lâche la main de Lisa et m’approche de Len. Je m’accroupie, puis passe mon bras sous son épaule pour l’obliger à se lever. Lisa ramasse le plateau et s’excuse auprès de la cuisinière. Je regarde Len, il a des cernes couleur bleu-violet ça fait presque peur. Je soupirs et dit à Lisa,

    - Ma puce faut que je parle avec Len…
    - Ok je rejoins les autres.

    Je tire Len par le bras, le conduit dehors et le fait assoir sur les escaliers derrière l’uni. Je me positionne devant lui et le regarde dans les yeux pour capter son attention,

    - Maintenant p’tit Len tu vas me dire ce qui va pas…
    - Tout va bien…
    - Len ton nez s’allonge…

    Il baisse la tête comme si j’étais une maman chiot entrain engueuler son petit. Je soupirs m’assoit à côté de lui et passe ma main dans mes cheveux,

    - Si tu veux pas parler libre à toi mais tu inquiètes tout le monde et ma Lisa la première…
    - Pardon…

    Je pose ma main dans ses cheveux et les lui ébouriffe avant de le ramener à moi pour qu’il s’appuis contre moi.

    - Qu’est-ce qu’il t’arrive Len…

    Il garde le silence un moment, puis d’une petite voix il me dit,

    - Bri est à l’hôpital…
    - Merde… c’est grave ?
    - Il est dans le coma…

    Il s’englotte un peu.

    - Je comprends mieux ton comportement maintenant… mais regarde toi Len… tu manges plus à midi et d’après ton état je suis pas sur que tu manges aux autres repas. Tu as de gros poche de cerne sous les yeux et tu es très pâle… est-ce que Bri serait content de te voir comme ça ?

    Il secoue la tête pour me dire que « non ». On va rester ainsi jusqu’à ce qu’il essuie ses larmes. Je me lève et lui dis,

    - Allez maintenant on va manger et t’as internet à pas quitter la cafet’ l’estomac vide…

    POV Arielle

    Len n'est pas revenu. J'ai préféré le laisser tranquille quelques temps mais, j'ai peur pour lui maintenant. Je l'ai appelé ce matin mais, il n'a pas répondu, alors je suis allé le chercher après ses cours. Heureusement que Bri m'avait donné son emplois du temps.
    Je l'ai vu sortir de la faculté à 16h. Il ne semblait vraiment pas bien même s'il n'était pas seul.

    L-Arielle ?
    A- Len ! Ca va ? Tu es pâle je trouve. Tu as mangé ?
    D-On l'a forcé, on a appris pour Bri...

    Je souris à l'ami de Len, il n'est pas seul c’est vraiment bien. J'ai annoncé à Len que j'allais voir Bri.

    L-Je… je peux pas… Je veux pas la voir elle...
    A-On a un accord, je vais voir Bri de 16h a 20h seule.
    Elle ne sera pas là donc tu peux venir avec moi.

    Je l'ai vu rassuré, un sourire naissant, c’est mieux comme ça. On est arrivé vers 17h à l’hôpital. Len s’est approché assez vite de Bri. Aucun signe de réveil, une aide respiratoire est toujours branchée, je n'aime pas le voir comme ça.


    POV Len

    Au final je n’ai mangé qu’un mini sandwich de toute la journée. Dylan peut être parfois très très chiant… Je m’approche de Brivael et le regarde… il semble paisible. Il a un gros tuyau dans la bouche et un masque à oxygène sur le nez. Je vois trouble ? Mon regard est brouillé par mes larmes. Je cligne des yeux deux fois pour les faire couler, puis je les essuie du travers de la main. Je dois être fort pour lui… je ne dois pas pleurer. Je parle tout bas tout en caressant son bras,

    - Je te promets d’être fort Bri… je vais arrêter de dépendre autant de toi… je ne serais plus un fardeau… alors s’il te plait réveille toi…

    Je sens Arielle me prendre dans ses bras derrière moi. Je sens les larmes arriver mais je les retiens. Je me remémore la première fois où j’ai vu Bri… le jour de la rentrée au lycée… assis au fond de la classe, un bandeau lui cachant les yeux. J’ai été intrigué par lui. Je revois une série d’événement de notre vie ensemble, la tête qu’il avait lorsque je lui ai proposé mon aide pour porter ses cartons à l’internat. Le premier cours que je lui ai donné… il avait une tête si ignare. Cette rédaction sur le Kamasoutra qu’il avait écrit… j’en rougis encore. Son sourire narquois lorsqu’il m’a apprit à faire une fellation… quel sale pervers, ce côté n’a jamais vraiment changé et je dois avouer que ça ne me déplaisait pas. La chaleur de notre premier baiser. Notre première étreinte et… son sourire la première fois que je lui aie dit que je l’aimais… La chaleur que je ressens à chacune de ses étreintes. Non… c’est trop dur. Pourquoi ça fait si mal ? Quand je pense à lui, mon cœur se serre et j’ai envie de pleurer.

    Vers 20h, Arielle me ramène à la maison. Je vais de nouveau faire une insomnie… à croire que s’est devenu une habitude.

    Aujourd’hui je bosse et me rends dans l’entreprise de mon père. Il va encore me faire son serment sur le travail bien fait et professionnel que je vais écouter qu’à moitié.

    « Tome 2 : Tentations et renouveaux: Partie 7Tome 2 : Tentations et renouveaux: Partie 9 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :