• Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 8

    POV Len

    J’ai l’impression que chaque partie de ma peau qu’il touche est en feu. Ma tête tourne toujours autant du à une excitation intense, une excitation qui me fait peur mais qui m’aspire dans un tourbillon de sensation. Sa voix raisonne soudain à mes oreilles, elle est plus grave qu’avant, il semble contrarié par quelque chose…

    - Dépêche Len…

    Je resserre ma main sur sa verge tendu et accélère le mouvement. J’ai vraiment l’impression d’être une proie coincé dans ses filets. Je me risque à tenté de dégager le bandeau de mes yeux. Déjà que dans ce noir on arrive tout juste à voir quelque chose, mais avec le bandeau, bien que fin, on ne distingue que les silhouettes. Ma main de libre remonte vers mon visage et se pose sur le morceau de tissu. Je commence à le lever mais une main puissante m’arrête dans mon geste.

    POV Brivael

    -L'enlève pas garde le, garde le...

    Putain, pourquoi je lui dit de le garder comme ça ? Je resserre ma main sur la sienne et nous nous branlons ensemble, bien vite je sens sa queue sous la mienne tressauté, il finis par jouir dans un gémissement aigu. Je rigole a moitié et l’incite a continuer ses mouvements sur moi pour que je jouisse a mon tours. Ce que je fais quelques minutes plus tard, me libérant sur son torse. Il respire difficilement, il n'essaie plus de retiré le bandeau, fatigué sûrement.

    Je me relève, debout près du lit je vois Brian essayer de me faire croire qu'il dors, mais non... faut dire avec le chapiteau qu'il nous montre, c'est dure de croire qu'il dors... Ces origine clownesque vienne sûrement de là.

    Je me baisse sur Len. Je pose mes lèvres sur les siennes.

    -Garde le, car je compte bien recommencer.

    Je sors de la chambre, le couloir est vide, tant mieux. Je me dépêche d'entré dans ma chambre vide. Mon coloc doit encore fuir, ça tombe bien ; là je souhaite dormir. Demain, j'éclate assez Brian pour qu'il ferme sa gueule et je vais bosser. Bordel pourquoi j'ai fait cette promesse ? Et pourquoi je la respecte d'ailleurs ? Je veux pas bosser, je veux qu'il me suce c'est tous.

    POV Len

    Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Lorsque Brivael est sortie de la chambre, il m’a fallut bien dix minutes pour commencer à réagir, le bandeau était vraiment trop chaud. J’ai tourné sa dernière phrase dans ma tête presque toute la nuit. Ces mots tournent encore dans mon esprit. Le garder ? Garder quoi ? Le baiser ? Mais non abrutit ça n’a aucun sens… alors c’est… le bandeau. Mais comment il fait pour supporter un tissu pareil ? C’est léger certes, mais c’est gênant. Et pourquoi il a dit qu’il recommencerait… il parlait des cours ou il parlait de… de… ce qu’il s’est passé ce soir… aaaaaaah j’en ai marre ça va me rendre fou !!!

    Je me lève et m’assoit au bord du lit. J’ai presque l’impression de sentir encore son corps chaud contre le miens. C’est la première fois que j’ai un contact comme celui-ci avec quelqu’un. Je ne savais pas que mon corps pouvait réagir ainsi et que mon être pouvait emmètre des sons si… aaaaah…

    Brian rentre dans la chambre, il est entrain de s’essuyer les cheveux. Je regarde l’heure.

    - Tu es déjà réveillé ? Il est très tôt…

    Il me lance un regard de dégout avant de me dire,

    - Ta gueule ! J’adresse pas la parole aux tapettes !

    Mon cœur se sert. Il n’aurait tout de même pas… il aurait… vu ? Non c’est sur il l’a vu. Ma respiration s’emballe, je panique, qu’est-ce que je dois faire ?

    Il soupir puis se lève en me lançant un « Sale PD, j’te veux plus dans ma chambre » avant de quitter la pièce et de me laisser là en plan.

    POV Brivael

    Se matin je me suis levé assez tôt bizarrement. Lorsque je suis aller me lavé j'ai croiser Brian. Sont regard prouvait qu'il était dégoutté, ça ma fait rire. Je voulais m’occuper de lui, pour qu'il ferme sa gueule mais a poil ça le fait pas. Je sors de ma chambre après mettre habillié et avoir mis un bandeau noir. Brian sortait de la chambre à ce moment, je l'ai même entendus insulter Len, je suppose que ces Len.

    À peine est-il sorti de la chambre que je le repousse de mon pied. Il tombe au milieu de la pièce. Sont regard oscille entre peur et haine, c'est un comique celui là. Je m'avance vers lui puis m'agenouille.

    -Brian, a partir de maintenant tu va être gentils, ok ? Car tu le sais très bien, je peux facilement te pourrir la vie. Donc tu fermes ta gueule sur tous ce que tu a vu hier soir. Un seul mot et tu est mort, ok ?

    Je ne lui laisse pas le temps de répondre et ressors, tous en disant à Len que je reviens se soir pour bosser.

    « Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 7Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 9 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :