• Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 23

    POV Brivael

    Je me suis relevé après que Len soit partis. Je m'en veux de lui avoir fait mal, je m'en fou de faire mal au autre, mais pas a lui. Quand j'allais sortir de l’établissement, j'ai vu le gars que Mathieu aime faire chier. D'ailleurs, Mathieu le faisais chier. Je me suis approcher et j'ai pris par le bras le gamin. Mathieu a été surpris mais n'a rien dit.

    -Eux..Que...
    -Tait-toi, j'ai juste envie de me vider les couilles.

    J'ai sus après cette phrase que le gamin n'était pas du tous comme Len. Arrive dans ma chambre, j'ai pousser Samuel sur le lit, je me suis allonger a coté et lui est dit de me sucer. Len aurait rougie, bégayer... Sam lui a juste défait mon pantalon et m'a sucer. J'ai juste eu un plaisir minime. Seul bon point, il est serrer et quand il s'est assis sur ma queue j'ai pris deja plus de plaisir.

    On a baisé quelque heures puis on s'est endormis. Je me suis reveillé le matin après qu'un bruit sours est détonner dans la chambre.

    POV Len

    Il m’a fallut bien une heure pour que je retrouve mon calme. Assis dans un café, sirotant un chocolat chaud, je reprends des couleurs. Mat’ assis en face de moi me parle de tout et de rien en essayant, je pense de me faire changer d’idées.

    Il me propose ensuite de dormir chez lui. J’ai longuement hésité puis ne sachant pas comment j’allais réagir devant Bri, j’ai décidé d’accepter. La famille de Mat’ est très chaleureuse. J’ai d’abord fais la connaissance de sa mère, Estelle qui est coiffeuse. C’est une très belle femme élégante et qui sourit beaucoup. Une heure après, j’ai fait la connaissance du petite frère et de la petite sœur de Mat’, Alain et Julie. Ce sont des bons vivants qui aiment bien jouer et qui ne sont pas du tout timide, tout le contraire de moi. Quand à son père, j’ai fait sa connaissance plus tard dans la soirée lorsqu’il rentra du boulot. Il est directeur d’entreprise de montre et c’est un homme très aimable et tranquille.

    Malgré le fait que je passe une bonne soirée, je pense souvent à Brivael. Me demandant ce qu’il est entrain de faire, ce qu’il a mangé et s’il a pu finir sa rédaction qu’il doit rendre demain. Nous nous couchons tôt, je suis épuisé et je n’en peux plus de penser à lui. Mattwey doit voir que je ne suis pas bien car m’entoure beaucoup. Il ne me pause pas de question ce qui me soulage.

    Je m’endors vite épuisé par cette journée, cependant je me réveiller à 4h du matin et impossible de me rendormir. J’ai vu et revu ce qui s’est passé hier, me tournant comme une toupie dans mon lit. Culpabilisant à mort, je décide à 6h de me lever et de rentrer chez moi. Mattwey se réveille pendant que je m’habille et me raccompagne à la porte.

    Lorsque j’arrive au penssionnat, je m’engouffre dans les couloirs froids puis monte les escaliers. JE vais au fond du couloir puis ouvre la porte en appréhendant sa réaction mais bien décidé à m’excuser pour lui avoir crié dessus. Je rentre dans la chambre qui est plongé dans une semi-obscurité, les volets étant à moitié fermer. Il y a des habits partout au sol et mon cœur se serre lorsque je vois un garçon dans le lit de Bri. Un cri de stupeur s’échappe d’entre mes lèvres. Le choc m’empêche de réagir, mon cœur s’accélère surtout lorsque j’aperçois les préservatifs au sol. Bri et l’autre garçon se redresse, ils sont nu. Le petit homme me regarde surpris se demandant sûrement qui je suis et qu’est-ce que je fais là. Bri quand à lui me fixe sans rien dire. S’en est trop. Des larmes coulent le long de mes yeux et un sentiment me laboure le cœur. Je recule continuant de les regarder pour finir par m’enfuir en courant de la piéce. Je ne sais pas où je vais mais une chose est sur, j’ai envie de tout oublier. De ne plus rien me souvenir… plus rien… je ne veux plus ressentir ce mal qui me laboure le cœur… je… non… je ne veux plus revivre ça…

    POV Brivael

    -Putain !

    C'est le seul mots que j'ai pu dire, Len est partis en courant. J'ai poussé Sam, tellement fort qu'il s'est cogné au mur. Je me suis levé pour enfiler un t-shirt et un pantalon, au diable le boxer je n'ai pas le temps. Je suis sortie en trombe a la poursuite de Len. En vain, je ne le trouve pas. J'au eu beau faire le tour du bâtiment, le tour des rues allentours et puis le tours des couloir, je ne l'ai pas trouvé. Énerver j'ai finis par taper dans un arbre dans la cours. Je suis trop con, j'airais du vérifier que la porte était fermée, je sais pas, ou autre chose... Pourquoi j'ai pas réfléchi ? Pourquoi j'ai pas essayé de me calmer autrement.

    Je ne m'attache pas, je n'aime pas m'attacher au gens, alors pourquoi je ressent ça ? Pourquoi je me suis attaché à un de mes jouets ? ET pourquoi comme elle, il part ? Je ne sens plus mes phalanges qui s'écrasent de plus en plus fort sur l’écorce. Je dois saigner mais ne vois rien, je doit souffrir mais ne ressent rien. J'ai sentis a un moment quelqu'un me tirer, j'ai juste continué à frapper dans le vide, dans une vitre aussi que j'ai brisée.

    Je me suis reveillé à l'infirmerie. J'ai du m'évanouir, quand j'ouvre les yeux je vois Riel, qui soigne mes mains. Elle a les yeux rouge. Quand elle voit que je la fixe elle me pose juste une question « Pourquoi », tous en continuant de retirer les bout de verre et d’écorce de ma main., l'autre étant deja bandée.

    -Je... Comme elle, je l'ai perdu...
    -DE qui tu parle ?
    -Il est parti, j'ai fait comme toujours, sauf que lui l'a vu... Il est parti et je comprend pas pourquoi ça fait mal.
    -Bri, Je ne comprend pas.
    -Il est parti...
    -Bri, je.. Essaye de dormir, tiens prend ça.

    Elle me donne un cachet, je sais pas quoi. Puis elle continue d'enlever l’écorce et le verre de ma mains, je vois flou. Riel pleure presque, je vois plus rien...

    POV Len


    Je me suis enfuit de la chambre en courant, traversant les couloirs et montant les marches menant au toit. Lorsque j’ouvris la porte, une rafale de vent vint fouetter mon visage. Je m’engouffre sur la terrasse du toit passant devant la serre et m’avance jusqu’au fond. Je me suis laissé tomber au sol avant d’enfouir ma tête dans mes bras. J’ai passé plusieurs heures à me dire que ce n’était qu’un rêve. Que je n’avais pas vu un autre homme dans son lit. Je ne savais pas l’heure qu’il était lorsque je me suis redescendu mais le soleil était déjà bien haut dans le ciel. C’est le froid qui me décida à bouger de l’endroit où j’étais. Je ne s’avais pas où aller… ni ce que je devais faire. Je ne voulais pas me retrouver dans cette chambre… je ne savais pas si l’autre garçon y était encore… s’il était toujours dans les bras de Bri… me sentant mal à cette pensée, je ne pu retenir un haut le cœur.

    Je hère dans les rues de la ville depuis un certain temps maintenant. Je ne sais même pas vraiment ou je suis. Les rues se ressemblent toutes ici. Ca me fait penser que je ne connais pas beaucoup cette ville, mon père ne m’a pas beaucoup laissé le choix de l’école… je rigole amèrement en tournant à l’angle de la rue Collin avant de m’assoir dans un parc et de m’endormir sur un banc.

    Lorsque je me réveille, il fait nuit noir. J’ai froid… j’ai envie de pleurer… j’ai envie de mourir…

    POV Brivael

    Je ne sais pas combien de temps j'ai dormir. Quand je me suis reveillé, j'avais mal au crane. Par pour un classique mal de tête mais car Mat m'a complètement defoncer la tête d'un poing dans la figure.

    -Reveil toi connard !
    -Non mais ça va pas ? On ne frappe pas un malade ! Riel crit sur Mat assez fort.
    -Ce n'est pas pour être insolent madame mais, ce connard a fait quelque chose a Len.
    -Quoi ? Seul mot que pour le coup j'arrive a dire.
    -Où est Len ?
    -Je sais pas, ce matin il est venu, puis il est partit en courant, je ne l'ai pas retrouvé.

    Mat tique, il m'insulte encore et me dit que c'est de ma faute. Je sais bien que c'est de ma faute ! Je me suis levé juste après que Mat soit partit. Ma tête tourne, Riel me dit de ne pas bouger, mais je ne l'écoute pas. Je ne dois pas avoir que des blessure aux mains vu que ma tête tourne. Je ne sais pas où chercher, mais je sais qu'il est dehors donc...autant y aller.

    POV Len

    J’entends des bruits de fond. Des gens parlent… laissez-moi dormir… je suis si fatigué… « jeune homme restez avec moi… » Restez ? Rester… mais je suis si fatigué… « Hypothermie à 33, respiration et pouls trop rapides. ». J’ai froid... j’ai des frisson… « le sujet est inconscient, prepare l’ECG et fait att… »

    J’ouvre doucement les yeux. J’entends le bruit constant comme un bip qui me rappel vaguement quelque chose. Je ne sais pas où je suis, mais ce qui est sûr c’est qu’il y a du mouvement. Une dame m’adresse la parole. Elle m’explique que je suis à l’hôpital en soins intensifs. Elle m’explique ensuite les différents soins qu’ils m’auraient fait mais je ne l’écoute pas vraiment. J’ai mal à la tête et je n’ai vraiment pas envie de me concentrer sur des explications à n'en plus finir. Je referme les yeux et tout devient sombre. J’ouvre une seconde fois les yeux devant un infirmier qui fait je ne sais quoi à côté de moi.

    Plus tard dans la journée, on m’explique qu’on m’aurait trouvé dans un parc, en hypothermie, les lèvres bleues et le teint livide. Après m’avoir fait les premier secours, on m’a emmené en soins intensif et posé une perfusion de NaCl et une « lunette » à oxygène. On me pose alors une série de questions auquels je ne réponds pas. Ils souhaitent connaitre ma vie, le nom de ma famille, et me demande qui est Bri. J’écarquille les yeux. Le médecin me répond alors que j’ai prononcé plusieurs fois son prénom lorsqu’on m’a amené ici. Cependant, je reste muet… je n’ai pas envie de parler, j’ai envie de voir personne… que tout le monde sorte de ma chambre…

    POV Brivael

    Quatre jours que Len a disparut, je suis rentré tard après l'avoir chercher le jours ou mat ma frapper. Riel m'a interdit de repartir quand je suis arriver. Elle me gueulais dessus que c'est dangereux pour moi dans cette état, enfin bon. Je suis sur mon lit à attendre, Sam est venu plusieurs foi mais il n'a pas réussis a me faire bander, meme Juliette n'a pas réussis...

    Mat viens me faire chier plusieurs fois lui aussi. Il reste planté comme un abrutis sur la chaise de burreau de Len, a m'insulter de connard dés que je pose les yeux sur un truc a Len. Je stress, je sais pas pourquoi... ça me saoule.

    J'allais commencer a gueuler sur cette enfoiré de Mat quand mon tel a sonné. Il sonne pas souvent ce con la.

    -Allo ! Je doit pas avoir l'air sympas quand je repond mais je m'en fou.
    -Oui bonjours, ici le docteur Bagnolai, de l'hopital central.
    -C'est pourquoi ?
    -Nous avons retrouver un jeune homme il y a quatre jours, dans le parc. Il n'a prononcer que le nom d'un certain « Bri » et nous a donner aujourd'hui votre numéro de telephone.
    -Quoi ? Que... Il est blond ? Genre un mètre soixante ?
    -C'est exact, savez vous comment il s'appelle ?
    -Len.
    -Sont nom de famille et sont adresse s'il vous plait.
    -J'en sais rien, qu'importe j'arrive
    -Dite nous votre nom s'il vous plait.
    -Brivael Seirona.

    Je racroche directement, Mat est déjà debout et je sais très bien qu'il va me suivre. Ma tête tourne encore mais je m'en fou. Je suis arrivé a l'hopital vers 15h, après avoir donné mon nom a l'acceuil ils m'enmenent vers la chambre de Len. Mat est bloqué a l'acceuil, je leurs ai dit que je ne le connaissais pas. Il me feras moins chier.

    Quand j'arrive devant la chambre un medecin, genre fils de fer grisatre m'attend. Il me dit que Len est en hypothermie et renfermé sur lui-même. Après plusieurs dire que j'ai j'écouté a moitier je suis entré. Il est seul dans le pièce, la tête tournée vers la vitre. Je pète limite un cable à le voir comme ça. Debout devant sont lit, je tien la barre de fer au pied du lit.

    -Len ?
    -...
    -Len !

    Ma tête tourne un peu, je pose ma main sur ma tempe pour me calmer.

    POV Len

    J’entends vaguement mon nom. Je tourne légèrement ma tête puis fixe l’homme qui est devant moi… Bri ? C’est… Bri ?



    Il semble inquiet… Bri est-ce que tu me détestes ? Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? Ma tête me fait mal dès que repense à ce qui s’est passé.

    Un medecin vient vers Bri et l’emmène un peu plus loin. Je regarde de nouveau par la fenêtre en laissant trainer une oreille.

    « Vous dites qu’il s’appelle Len... oui… je vais vous expliquer. Len a été retrouvé dans le parc, il était en hypothermie et on a failli le perdre. Cependant son état a pu être stabiliser assez rapidement. Le problème maintenant est qu’il n’a pas prononcé un seul mot en quatre jours. Si ce n’est le votre lorsqu’il était presque inconscient. »

    Bri semble inquiet… il n’aime pas les hôpitaux ? Oui… je me rappelle il en avait vaguement parlé je crois…

    Je n’écoute plus la suite de leur conversation. Je regarde dehors sans réagir vraiment. J’entends quelques bribe de la conversation. Une infirmière semble les avoir rejoint pour parler à Bri.

    « Il ne mange plus… nous avons du lui mettre une perfusion pour le nourrir autrement… »

    Je ne mange plus ? A oui… je n’ai plus d’appétit… ça m’est déjà arrivé il y a quelque année. J’avais perdu plus de 12 kg en deux semaines.

    Je sens soudain quelqu’un s’assoir à côté de moi. Je ne réagis pas, je n’ai pas envie de réagir… pourquoi le faire ? Je n’ai plus envie de rien... quelqu’un m’attrape par les épaules et m’oblige à faire face… c’est Bri…
    - Bordel Len ! Réagit merde ça fait un moment que je t’appelle. Réagit ! Frappe-moi ! Gueule-moi dessus mais putain réagit !

    Pourquoi… pourquoi sembles-tu si inquiet ? Tu ne m’aimes pas non ? Bri… Bri… je suis si perdu…

    « Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 22Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 24 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :