• Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 2

    POV Len

    Chaud… fait vraiment chaud… assis sur mon lit, le dos contre le mur, je regarde le ciel depuis la petite fenêtre de ma chambre. Je me gratte la tête puis soupir. Pourquoi il a fallut que ça arrive ? C’est les vacances mais le professeur veut que je coach un élève. Il ne m’a pas encore dit qui c’était mais ça m’embête un peu. Enfin… il faut dire que je n’avais pas grand-chose à faire pendant ces vacances mais ce n’est pas une raison. « Tu as réussi tes examens avec brio, tu as même obtenus des mentions, c’est pourquoi nous avons décidé de te confier un élève, fait de ton mieux pour le faire réussir », m’a dit notre prof principale.

    Je regarde ma montre, il est presque midi. Je n’ai pas beaucoup dormis cette nuit, comme les dernières nuits d’ailleurs. C’est bientôt l’anniversaire de sa mort… non il ne faut pas que j’y pense… je me secoue la tête puis replonge mes yeux dans l’étendue bleutée du ciel. Il fait vraiment chaud, on est en début juillet… je n’imagine même pas le mois d’août. En plus ce vieil hôtel n’a pas de climatisation. Bon point positif des vacances, c’est le fait que mon colloc ne soit pas ici. Il faut dire que le pensionnat est quasi vide. Rare sont les élèves qui restent pendant les vacances. Autre point positif, il n’y a ni Mathieu, ni sa bande de « chien chien » encore présent dans cet établissement.

    Je décide de me lever et de partir m’acheter une glace dans la supérette du coin. Lorsque je sors du bâtiment, une chaleur étouffante m’entoure et le soleil me tape de plein fouet. Je n’aime vraiment pas la chaleur… je n’aime pas le froid non plus en y réfléchissant bien. Quelle saison j’aime ? Je dirais l’automne. Les couleurs sont magnifique et il fait bon, pas trop froid, ni trop chaud, la température idéale. Le printemps n'est pas mal non plus... Je me presse jusqu’au shop, puis pénètre dans la fraîcheur du magasin. Je prends une bouteille de thé glacé puis une glace et après avoir payé je m’empresse de retourner au dortoir... c’est aujourd’hui que je dois faire la connaissance de ce dit « élève » que je suis sensé coacher. D’ailleurs, Il fait bien trop chaud pour faire une activité extérieure.

    POV Brivael

    Le moi de Juin m'a énervé, après avoir raté mes examens et avoir été mis en rattrapage, les géniteurs ont décidés de me faire chier. La vielle peau s'est encore mis à crier que j'étais "la honte de la famille" et que je ne leur étais d'aucune utilité. A force de gueuler j'ai finis par leur mettre en tête de me faire habiter autre part. Ce qui était une connerie pour les faire chier, c'est finit en inscription en pensionnat pour l'année à suivre et en plus les vacances. Crétins de géniteurs, me priver de vacances pour aller bosser dans un internat, pour des rattrapages de merde. Avec la menace de me foutre à la rue sans argent si je ne réussis pas les examens de français...Fait chier...

    Je me retrouve en gros, sous un soleil de plomb, à marcher dans la rue avec une grosse valise, pour arriver au pensionnat. Mes parents y sont déjà quand j'arrive, déposant mes cartons devant la porte,tout en parlant avec un homme qui semble être le directeur ou je sais pas quoi.

    Quand j'arrive, le directeur semble déjà me haïr. Les géniteurs me passent des papiers, et partent sans même me parler, pendant que le directeur me dit que ma chambre est la 22, au deuxième étage à droite de l'escalier et des ascenseurs, avant de partir. Résultat ? Je suis seul devant le bâtiment, avec 7 cartons plein, 3 sacs et 2 valises à monter au deuxième étages. Le tout sous 35°C à l'ombre. Chouette...

    Je décide déjà de rentrer le tout dans le hall d'entré, ce qui me demande déjà beaucoup d’effort vu la chaleur. Heureusement que je me suis habillé avec un pantalon blanc et un débardeur de la même couleur... Mon bandeau recouvre lui presque toute ma tête, me protégeant du soleil. Heureusement qu'il est blanc aussi lui...

    Après tout ça je monte avec les trois sacs au second étage, je cherche la bonne chambre y entre et dépose les sacs sur un des lits. Je suis déjà fatigué... Je hais ces vacances presque autant que je hais mes ordures de géniteur.

    J'en suis à monter le troisième carton quand je vois Len se diriger vers le pensionnat. Fuck...

    POV Len

    J’arrive vers le pensionnat quand j’aperçois une personne habillée entièrement de blanc. De loin ça fait assez bizarre… il faut dire que ce n’est pas très courant. Je m’avance alors en étant d’humeur curieuse et me stop en reconnaissant la personne qui se trouve à quelques mètres de moi. C’est… non… mais qu’est-ce qu’il fou là ? Brivael est le chef de la bande de Mathieu nan ? J’espérais vraiment pouvoir passer quelques jours sans me faire taper dessus… mes espérances n’étaient qu’éphémère ?

    Je soupirs puis me remet en route. Ce dernier me fixe… veut-il me dire quelque chose ? Je m’arrête devant lui. Je le regarde sans rien dire, observe les cartons à ses pieds puis jette un oeil autour de moi. Je lui demande alors,

    - Tu as besoin d’aide ?

    Un petit rire me prend, faut dire qu’un petit gringalet demande à un grand costaud s’il a besoin d’aide pour porter des cartons qui semble vraiment lourd. Je me gratte la tête et lui dit,

    - Enfin je ne garantie pas de t’être d’une grande utilité mais bon si tu veux te servir de moi fait le…

    POV Brivael


    Ce gringalet de Len me propose son aide, j'y crois pas. De toute manière, il m'aidera au moins un peu.

    -Ok, tu me libéreras de la pression comme ça...

    Il me regarde un peu surpris d'un coup, je prends un carton et lui mets dans les bras. Il le prend avec quelques difficultés, faut dire j'ai fait exprès de lui mettre celui avec les livres. Livres que je n'ai jamais lus, jamais ouverts, jamais touchés même. J'en prends un deuxième et monte vers la chambre, suivis pas Len.

    On a mis 30 minute à tout monter, faut dire au milieu de l’escalier Len a fait tomber un carton. Il a semblé mal sur le coup, moi j'ai simplement rigolé puis avancé. Je l'ai vu trottiner avec le carton et son contenu dans les bras, le visage rouge. Très, mais alors très marrant à voir. Au final je me retrouve sur mon lit, seul dans cette chambre vraiment, mais alors vraiment petite. J'écoute du black label society, à moitié comateux. Je n'ai pas le courage de déballer tous ces cartons, surtout que la moitié sont des choses que je vais jeter. Quels crétins de me donner des choses que je n’utiliserai pas...

    « Tome 1 : Tentation et châtiment - partie 1Tome 1: Tentation et châtiment: partie 3 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :