• Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 16

    POV Len

    Lorsque la porte se referme derrière Bri, je soupire et m’excuse auprès d’Arielle,
    - Je… je suis désolé pour tout ça… je vous cause encore des problèmes…

    - Ça t’arrive souvent ?
    - Euh… de… quoi ?
    - De te confondre en excuse alors qu’il n’y a pas lieu d’en donner !

    Je souris gêné par la situation et détourne le regard. En soupirant, elle me dit,

    - Bref passons, vient t’assoir par ici et enlève ton T-shirt… allez ! Plus vite que ça !

    Je m’exécute, puis la laisse m’examiner.

    - Ralala, tu as encore plus de bleus qu’avant… encore un peu et tu ressembleras à un sapin de noël !

    Je rigole, mais une douleur me traverse d’un coup lorsqu’elle me touche le bras m’arrachant de longues coulés de larmes. Après quelques minutes de palpation qui me sont insupportable, elle me dit d’une voix embêtée,

    - Mon petit Len… désolé de te dire ça mais tu vas devoir allez à l’hôpital passer une radio… je soupçonne ton bras d’être cassé…

    Elle va ensuite fouiller dans une armoire et en ressort un médicament qu’elle me tend avec un verre d’eau.

    - Ça te soulagera un peu, mais il faudra que tu aille voir ton médecin traitant ou directement à l’hôpital si on peut te prescrire des anti-inflammatoire.

    Je suis désespéré, hôpital veut dire avertissement aux parents… avertissement des parents veut dire gros problème en perspective.

    Elle examine ensuite mon thorax, mon ventre et mon dos. Elle semble légèrement inquiète et se rend ensuite vers son bureau en me demandant de me rhabiller. Elle revient avec un nom sur un bout de papier.

    - Demande ce médecin, c’est mon mari, tu verras c’est un chou. En parlant de chou… j’ai rarement vu Brivael s’énerver autant… il semble t’apprécier et doit beaucoup tenir à toi !
    - He… Hein ?
    - Aalala, Len tu es bien innocent…

    Elle rigole soudain puis s’apprête à reprendre la parole lorsque la porte s’ouvre et que Brivael déboule dans la pièce.

    Lorsque je vois sa main en sang, un frisson me traverse l’échine. Mais qu’est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi est-il blessé ? Comment il a fait ça ? J’ai tant de question mais… rien ne sort.

    Il s’assoit à côté de moi et passe sa main dans mes cheveux. J’aime beaucoup qu’il fasse ça, je me sens toujours en sécurité et une douce chaleur réconfortante m’entour.

    -Ca va ? Tu n'as pas trop mal ?
    -Il t'est arrivé quoi ?
    -Rien, ne t'occupe pas de ça.

    Comment pourrais-je ne pas m’en occuper ? Si ça se trouve c’est de nouveau à cause de moi… mes yeux s’embuent et j’ai envie de pleurer. Je m’apprête à lui reposer la question dans l’espoir d’avoir plus de précision lorsque sans prévenir, il m’embrasse. Je me laisse faire et répond même au baiser.

    - Et ben mes aïeux…

    En réalisant que nous ne sommes pas seul, Je romps le contact puis me met à rougir instantanément. J’essaye de trouver quelque chose à répondre mais je n’arrive qu’à bafouiller quelques mots,

    - Je… euuh… je…

    Elle éclate soudain de rire puis pose une main sur la tête de Bri, puis la mienne avant de frotter nos cheveux énergiquement comme on le fait avec des enfants. Amusé elle dit à Bri,

    - Je comprends maintenant pourquoi tu es aussi attentionnée envers Len… Tu caches bien ton jeu!

    POV Brivael

    Arielle m’embête, mais je souris quand même quand elle dit ça. Len rougis comme une pivoine, trop marrant ! On reste un peu a parler puis je dit que je raccompagne Len au pensionnat. Sauf que je me reçoit un tape derrière la tête. Arielle me dit alors d’emmener Len voir un médecin aux urgences. Elle lui pose une attelle avant de le laissez entre mes mains.

    On sort du lycée après avoir récupéré mes affaires, pour aller a l’hôpital. Len n'avance pas vite, il semble vraiment pas avoir envie d'aller aux urgences. On arrive tous de même aux urgences au bout de quelque minute, enfin une heure. Je vais a l’accueil et demande a voir le Dr Derol. Je le connais et il est assez arrangeant. Par chance il est peu occupé. L'infirmière nous amène dans une salle de consultation pour l'attendre. Il arrive après quelques minutes. Dès sont arrivé il soupir, je lève les mains et lui dit que je n'ai rien fait. Il ausculte un peu Len puis il nous dit,

    Dr- Len, tu vas me suivre pour faire une radio du bras, quand à toi Brivael, je vais regarder ta cicatrice, comme ça tu n'auras pas besoin de revenir vendredi.

    Moi- ok.

    Je m’assoit sur une chaise puis les regardes partir dans la pièce d’à côté. Il revienne au bout d’une quinzaine de minute, les images de la radio en main.

    - Bien voyons voir un peu ce bras… mmmh… Vous voyez cette ligne ici ? C’est une fissure… par chance, le bras n’est pas casser… cependant par mesure de précaution et pour que cette fissure ne se transforme en fracture net, il va falloir poser un plâtre.

    Je vois Len stresser et blêmir. Je pose ma main sur ses cheveux pour le rassurer. Le doc va ensuite chercher ce qu’il faut et lui moule le bras. Il explique alors qu’il le portera trois semaines puis il devra porter une attelle pendant deux autres semaines.

    Après quelques pansement et le platre, le doc' se pose devant moi et comme d'habitude enlève mon bandeau sans que je puisse réagir et regarde la grande cicatrice, qui a une grande tendance a aimer … s’infecter ou quelque chose du genre.

    Dr- C'est bon, elle nous fait pas de cadeau cette fois.

    Len me fixe, c'est sur que là il peu pas la raté, plein feu sur le front ! Après avoir batailler avec le doc', je réussi a faire passer la consultation a mon nom. Len ne semblais pas du tous rassuré quand le docteur parlaiy d’appeler ses parents. Je n'aime pas vraiment voir Len comme ça. Je sors ma carte vital de ma poche et le passe au docteur qui enverra la facture a mes parents. Il me regarde l'air de dire « je ne devrais vraiment pas faire ça ! », je rigole a moitié.

    Len et moi ressortons des urgences vers 19h après que le doc ait donné trois rendez-vous à Len. On se dirige vers le pensionnat. Len semble plus calme.

    -Ca va Len ?
    -Hein.. ; Euh...
    -Quoi ?
    -Je... Tu connais bien.. Le médecin ?
    -Ouè, c'est lui qui me suis depuis... Depuis que j'ai cette cicatrice...

    Putain, j’ai faillis dire que c’était depuis que ma génitrice a essayé de me buté...

    POV Len

    Mon bras me lance, mais les antidouleurs que le Dr. Derol m’a donné semble faire effet… j’ai presque l’impression d’être shooté…
    Je me rapproche de Bri et me colle a lui. Il passe un bras autour de moi et nous marchons cote-à-cote. Il me dit au bout d’un moment,

    - Ta faim ? Moi j’ai la dalle… on va bouffer quelque part ?
    Je lève la tête et écarquille les yeux,

    - Dac… d’accord

    - Ok tu veux bouffer quoi ?

    - Euh… comme tu veux…

    - Va pour une pizza alors ! J’connais un bon resto.

    Je souris, Brivael me surprendra toujours. Je suis si bien avec lui, je suis… heureux.

    Nous prenons un bus puis arrivons devant la pizzeria. Lorsque nous débarquons, les gars à l’entrée s’écarte comme s’il connaissait Bri et qu'il en avait peur… c’est bizarre… ils ont plutôt l’air baraqué et casse coup…

    Le resto est sombre mais chaleureux dans un sens. Il est bondé de gens mais ça ne semble pas inquiéter Brivael qui se rend vers le serveur. Ce dernier en voyant Bri devient blême et coure vers les cuisines.

    POV Brivael

    Le serveur part, et reviens avec la bête noir de ma génitrice, son frère. Il est le propriétaire du resto, je l'aide parfois ici. Il vient me dire bonjours, son mètre 90 fait peur à certain, moi je l'adore. Il me demande de le suivre et vire des gens pour m'installer avec Len tranquille au fond de la salle. Puis part en me disant qu'il avais une nouvelle pizza à me faire goûter. Je l'attrape par la manche et lui demande d’emmener un pizza classique pour Len au cas où. Il sourit, ça j'aime pas, car il est comme Arielle sur ce point...

    Len semble mal a l'aise, moi je suis tranquille, je m'assois toujours ici. C'est un coin assez sombre, et avec le rideau on peu facilement être tranquil. Mon oncle (seul personne que je considère de ma famille) arrive avec deux pizza, une 4 fromages et la nouvelle. Il les pose sur la table avec 2 bouteille de bière et une grand de coca. Il a pensé a Len, j'aime bien. Je lui dit dans l'oreille de me laissez tranquil avec Len, il souris et part après avoir fermé le rideau. Vu le regard de Len, je pense que je viens de surprendre quelqu'un.

    -Pourq...
    -Pour être tranquille.

    Je souris en lui répondant, et me mord la lèvre inférieure, oserais-je ? Oui ça c'est claire, mais avec sont bras dans le plâtre et sa timidité lui n'oserait jamais... Je me baisse un peu vers lui et l'embrasse, il répond timidement a mon baisé... En m'éloignant de lui je souris et commence à manger après lui avoir mis une part de pizza devant lui.

    « Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 15Tome 1: Tentation et châtiment : Partie 17 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :