• POV Rod

    'Drew m'a appelé, il m'a dit que Mat était bien arrivé, qu'ils s'occupent tous de lui, ça me rassure. Je dois tout de même m'occuper l'esprit jusqu'à ce qu'il revienne. Au final j'ai passé ma journée dans mon lit, enfin une partie après je suis allé faire des courses.

    J'ai finis par prendre les plans de l'appartement pour voir si je modifie ou non l'agencement. J'ai pris l'autre plan, celui de l'appartement du première étage, pour essayer de faire une nouvelle salle pour le bar. Mais c'est peut-être un peu chiant et ce n'est pas vraiment dans mes moyens...

    Je m'ennuie déjà de lui... Je vais devenir fou, heureusement que demain je reprends le boulot, comme ça je pourrai m'occuper l'esprit avec les clients.


    POV Mat'

    Lorsque j’ouvre les yeux, il me faut un moment pour réaliser où je me trouve. Je me redresse et m’assois au bord du lit. L’horloge murale indique 18h15, j’ai dormi un peu plus de 6h. Je me lève et me rend dans ma salle de bain pour prendre une douche. Je descends ensuite au salon. Ça me fait bizarre de revenir ici après presque deux ans. J’ai presque l’impression de redécouvrir l’endroit tout en reconnaissant les choses comme familiers.

    Alicia est entrain de préparer une pizza. Elle est énorme… je lui demande,

    - Je peux t’aider ?
    - Avec plaisir… je te laisse prendre le jambon...
    - Ok.

    Alicia semble hésiter puis elle me dit,

    - Le crew d’Andrew mange à la maison ce soir…
    - Le fameux diner hebdomadaire…
    - Oui… mais si tu veux être tranquille et seul je comprendrais et…
    - Non. Ça va aller, je ne veux pas changer vos plans et ça ne me fera que du bien de voir du monde…
    - Tu es sûr ?
    - Oui oui…

    Je lui souris… je n’ai pas envie de les déranger. Déjà que j’arrive à l’improviste et que je m’impose presque, je me sentirais encore plus mal de bouleverser leur plan.
    Vers 19h30, les potes de mon cousin se pointent. La plupart sont heureux de me revoir… je suis quand même un peu mal à l’aise. Lorsque je m’étais perdu dans les profondeurs des bars miteux, Andrew avait demandé à ses potes de l’aider à me retrouver… enfin personne ne me rappelle ces moments ce qui est bien mais je sais qu’il savent jusqu'où j'ai sombré dans le passé et ça me perturbe un peu. La soirée va quand même se passer dans la joie et la bonne humeur. Ils sont heureux de me voir et ils me demandent quelles stars j’ai rencontrées et autres ce qui est assez comique. Ayant été prévenu que je n’allais « pas très bien », ils ont décidé que ça allait être une soirée sans alcool pour ne pas me tenter à boire… j’ai remercié muettement mon cousin qui m’a souris. Ils sont partie vers 1h30 du matin. On a rangé, puis on est partie dormir.

    Le lendemain matin, je me réveille tôt pour me rendre à l’agence. J’ai le plaisir de revoir Faith ma cousine en arrivant dans la cuisine. Elle me saute dans les bras comme à son habitude et me pause une tonne de question sur cette année de mannequinat. On va partir vers 9h pour se rendre à l’agence. Faith va m’accompagner tout la journée… en fait ils ont décidé d’éviter de me laisser trop seul à part quand je suis à l’intérieur de la maison. C’est leur manière à eux de me « protéger » contre moi-même…

    Je vais enchaîner plusieurs séances photos et une interview. On va rentrer à la maison vers 19h. Mon oncle Saul est à la maison. Il saute littéralement de joie en me voyant. Je suis vraiment content de le revoir… il m’a tellement manqué. On va passé une soirée tranquille à jouer aux poker et à écouter du jazz.

    Après cette journée épuisante, je suis partie me coucher vers 23h.

    Rod… il me manque… je vais m’endormir en pensant à lui. Je vais rêver que je suis dans ses bras, que je me blottis contre lui et que tout d’un coup je m’aperçois qu’il n’est plus là. Je le cherche alors partout… je cris… je pleurs… j’appelle toutes les personnes que je connais mais personne ne sait où il est… mon cœur se sert… je veux le rejoindre mais je ne sais pas où il peut bien être… je me réveille en sursaut et allume la lampe de chevet. Il est presque 4h du matin Je suis en sueur et me lève suffoquant dans la chambre. Je descends les marches et me rends sur la terrasse. La fraicheur de la rosée du soir me fait un bien fou. Je vais m’assoir sur l’une des chaises longues du jardin et regarde les étoiles scintiller au loin. J’ai envie de mettre un peu d’ordre dans ma tête. Je ne sais plus trop où j’en suis… j’ai vraiment besoin de prendre du recul et j’espère que ses quelques jours vont me permettre de le faire. Les séances photos passées, je vais pouvoir me détendre les deux jours suivant.

    Je crois que tout c’est trop vite enchainé… le retour de Rod… mon passé qui m’explose en plein visage… le changement de Leila… l’alcool… l’envie de drogue…Tout est arrivé si vite. Une chose est sûr… je ne veux plus le perdre. Je ne veux pas qu’il disparaisse à nouveau de ma vie. Je… l’aime…

    - Mat ?

    Je tourne la tête vers mon oncle Saul. Il s’assoit à côté de moi en buvant un verre de citronnade.

    - Comment tu te sens little boy ? Je t’ai entendu crier dans ton sommeil… dit moi ce que tu ressens en ce moment et ne me cache rien…
    - Je… sais plus… je suis si perdu Saul…

    Il passe son bras autour de moi et me rapproche vers lui.

    - Qu’est-ce que ton cœur te dit Mat'…
    - Mon cœur ?
    - Oui… qu’est-ce que ton cœur réclame le plus.
    - …
    - Little Mat’ ça ne serre à rien de te torturer l’esprit… ce qu’il faut savoir c’est ce que lui il veut, me dit-il en posant son indexe sur l’emplacement de mon cœur.

    Il me regarde sans rien dire de plus, puis prend une gorgée de citronnade tout en observant la lumière de la ville. Ce que… mon cœur désire ? Saul me demande alors,

    - Avec qui veux-tu passer le restant de ta vie Mat… avec qui souhaites-tu partager tes joies et tes peines ? Lorsqu’il t’arrive quelque chose de bien, à qui veux-tu en parler en premier ?

    Il marque un temps de pose, puis continue en me demandant,

    - Qui est la première personne à qui tu penses en te réveillant et en t’endormant ? Y a-t-il une personne si chère à ton cœur que tu pourrais renier tout ce que tu connais pour aller la rejoindre ? Qu’est-ce que ton cœur désir Mattwey… c’est ça la véritable question…



    POV Rod

    Le boulot m'occupe l'esprit, des mannequins sont passés me voir, des amateurs aussi. Ils connaissent l'impacte du bar dans la mode, certain s'en sont rendu compte en voyant des photographes assez connus dans le bar. J'ai affiché les photos des mannequins et amateurs dans le comptoir du bar, comme c'était prévus à la base.

    Me concentrer sur le boulot m'aide à oublier et surtout me donne des idées. Certaines personnes sont embêtées, surtout les mannequins et quelques acteurs... Je vais sûrement ouvrir l’étage, en faire un coin VIP pour les clients voulant parler sans être gêné... Je ne sais pas si j'aurais les sous, je verrai....

    Aprés quelques jours sans lui, je me rends compte que je suis vraiment mais, alors vraiment bien... mal. C'est horrible, il me manque, je rêve de lui a en avoir des … rêves vraiment spéciaux.

    Ce matin je me suis levé assez tôt, pour allé bosser. Puis l'après-midi j'ai eu un coup de fil de Drew qui... m'a fait péter un câble.

    -Quoi !?
    -Je..Je suis désolé, il n'est pas à la maison et j'arrive pas à joindre mon père, je ne sais pas où est Mat ! Je le cherche depuis ce matin !
    -Putain ! Je...putain !
    -Je continue de le chercher, panique pas !

    Il a raccroché assez vite, David m'a dit qu'il se débrouille avec Melissa et la serveuse. Je suis monté dans mon appartement, j'ai appelé Cindy, elle n'a aucunes nouvelles. J'ai appelé tous les numéraux des gens susceptibles de savoir où est Mat mais, je ne sais pas où il est... Putain !!

    J'ai tourné en rond, appelé des numéraux encore et encore...J'ai finis par appeler la SPA...Ils ont du me prendre pour un cinglé... « Mon chat a disparut...putain je fou quoi là? Désole du dérangement »...

    Je suis assis depuis deux heures sur mon canapé, les jambes tremblantes quand on sonne à la porte, j'ouvre en cinq seconde.

    -Matou ?
    -Eux..Désolé, ce n'est que moi, pour le loyer.
    -Ah, oui euh ok, merci.
    -Bo..Bonne journée.
    -A toi aussi.

    Putain, il m'a fait espérer ce con. Damien, le locataire remonte, j'avais oublier qu'il devait m'apporter le loyer. Je me suis rassis, mes jambes voulant se taper un sprint vers la porte au moindre bruit, même ceux de la rue. Je fixe mon téléphone, il ne sonne pas, je fixe le porte elle ne bronche pas... Je fixe le téléphone il ne cri toujours pas, je fixe la porte, rien ne se passe...

    J'essaye d'appeler 'drew, aucune nouvelle...le soleil se couche, aucune nouvelle... Le téléphone tourne sur la table, je l'ai lancé trop fort...

    On frappe à la porte...

    POV Mat'

    La porte s’ouvre sur un Rod complètement essoufflé et semblant paniqué. Qu’est-ce qui se passe ? Il semble surpris, ses yeux s’écarquille et il cri,

    - Amour ! Putain tu vas bien…

    Lorsqu’il me voit, il se laisse tomber à genoux par terre et comme dans une sorte de soulagement il me chuchote alors,

    - Tu m’as fait peur amour… si peur…

    Il dit ensuite deux ou trois trucs dans sa barbe que je n’arrive pas à comprendre… c’est genre incompréhensible.

    Je souris… c’est bête je sais… l’homme que j’aime est mort d’inquiétude pour moi et j’trouve rien de mieux à faire que de sourire bêtement. Je m’accroupie pour être à sa hauteur et passe ma main sous son menton pour relever son visage. Je plonge mes yeux bleus dans ses prunelles embuées… on dirait qu’il va pleurer… trop chou. J’avance jusqu’à ce que nos lèvres se verrouillent. J’approfondie le baiser et le pousse un peu en arrière pour que nous tombions à terre. Je suis sur lui à califourchon, ma langue se fraye un passage dans sa cloison buccal et vient jouer avec sa compagne amoureusement. Rod me renverse soudain pour se retrouvé au dessus de moi, entre mes jambes et romps le baiser pour me regarder. Je sens que son sexe est aussi dur que le mien. Ses yeux brillent par l’excitation et l’amusement. Il s’avance et m’embrasse alors plus fougueusement qu’auparavant passant ses mains sous mon T-shirt. Il quitte ma bouche gourmande pour embrasser la peau de mon cou. Sa respiration est forte et accélérée signe de son excitation grandit de seconde en seconde. Il se serre contre moi d'avantage, frottant son bassin contre le mien. Je pense devenir fou… je suis super excité moi aussi. Mes jambes passent autour de sa taille et je m’accroche fermement à lui. Mes bras s’accrochent d’avantage autour de son cou. Il se lève alors et me plaque contre l’embrasure de la porte sans rompre le baiser endiablé.

    POV Rod

    Il va bien et il est là ! Je rêve pas il est là, il m'a embrassé ! Je deviens fou ! Je n'arrive plus du tout à réfléchir. Je l'embrasse, collé à l'embrasure de la porte, sa langue m'a manqué, sa peau aussi. Je caresse chaque centimètres de sa peau, je l'embrasse sur les lèvres, le menton, le cou... descendant de plus en plus sur son torse que je libère du tissus qui me bloque. Je lui enlève son t-shirt, m'agenouille doucement tout en l'embrassant.

    Il gémit et tremble à la fois. Il dit mon nom comme avant, il agrippe mes épaules me poussant et m'approchant de lui à la fois. Je passe ma langue sur sa peau, il n'a plus vraiment de muscles sculptés comme avant mais, ça m'a vraiment manqué, même si je lui ai déjà fait l'amour depuis notre rencontre, les sensations sont différentes maintenant.

    Je pose mes mains sur son pantalon, défais sa ceinture puis le bouton et la fermeture éclair. J'embrasse chaque partie de son corps, joue avec ses tétons, ne peux m’empêcher de lui faire un suçon. Je finis par descendre de plus en plus bas, lui caressant la queue à travers son boxeur, le suçant à travers le tissus. Je veux qu'il me dise ce qu'il veut comme avant, je veux qu'il me demande d'aller plus loin. Qu'il me supplie.

    Je lui enlève son pantalon, tout en continuant de lèche sa hampe à travers son boxeur. Je sens ses ongles dans mes épaules. J'entends ses gémissements presque implorants. Au bout de quelques minutes je l'entends gémir de plus en plus fort,

    -Rod ! S'il te plait !
    - Quoi ?
    -Tu sais !
    -Dit le moi !

    Je prends son gland entre me dent et le mordille, il craque et me dit :

    -Su...Suce moi !

    Je souris, je ne peux pas m’empêcher de sourire en grand. Je baisse son boxeur d'un coup, prend son gland entre mes lèvres et commence à le sucer. Il gémit assez fort, ses jambes flagellent et d'un coup il tombe. On se retrouve au sol, à moitié dans l'appartement, les jambes dans le couloir.

    Je l'embrasse à nouveau et je lèche chaque centimètre de son corps, son torse, ses bras, ses jambes... Ses cuisses... Sa hampe que je suce juste après. Il gémit de plus en plus, répétant mon prénom. Il jouit une première fois entre mes lèvres, j'avale tout, puis glisse ma langue sur sa peau, ne voulant pas perdre le contacte, je ne veux pas le perdre...

    Je remonte jusqu'à ses lèvres que j'embrasse. Il passe ses bras autours de mon cou, approfondissant le baiser. Il descend ses mains dans mon dos, relevant mon t-shirt et l'enlevant. Puis il détache ma ceinture et enlève mon pantalon. Je jouis quand sa main frôle ma queue. Je n'avais pas de boxeur, il a souris en s'entend ma queue, encore plus quand j'ai jouis.

    -Rapide...
    -Je ne débande pas amour, c'est pas finis.

    Je l'embrasse, tout en passant ma queue entre les lobes de ses fesses, sur son anneau. Je lui souris, puis je descends vers sa queue, je lui lèche la hampe, puis les couilles. Je descends en dessous, passe ma langue sur son anneau, lèche partout jusqu'à ce qu'il me supplie de le prendre.

    Je le fais juste après. M'enfonçant en lui doucement pour ne pas lui faire mal. Puis je me lève, toujours en lui, le soulevant jusqu'à atterrir dans mon lit. Il gémit de plus en plus fort, me serre dans les bras, m'enfonçant ses ongles dans le dos. Je respire fort aussi, bouge de plus en plus vite en lui... Je vais devenir fou.

    -Je t'aime amour ! Je t'aime tellement
    -Moi..aussi, je t'aim..ahhhh !

    Il jouit juste avant moi, sans se toucher, entre nos torses, moi en lui...

    POV Mat'

    Je m’étale sur le lit essoufflé comme jamais. Rod est allongé à côté de moi dans le même état. Il dit dans un cri presque jouissif,

    - Waouuuuhhhh

    J’éclate de rire, Rod me regarde alors et me prend dans ses bras. Je me sens bien… je rigole,

    - Qu’est-ce qu’il y a amour ?
    - J’ai ton lait qui coule entre mes cuisses…
    - Parle pas comme ça sinon j'te rebaise la tout de suite !

    On se met alors à rire ensemble. Je me blottis dans ses bras comme le ferrait un chat dans les bras de son maitre. Rod passe sa main dans mes cheveux et les caresses en me demandant,

    - Où t’étais passé ? Enfin comment ça se fait que tu sois partie sans rien dire à personne ? Andrew était super inquiet et il m’a fait angoisser comme un taré !
    - Ah ah… pardon je voulais pas t’angoisser…
    - Ne me refais plus jamais ça amour… j’ai cru mourir… j’avais juste envie de te revoir. Je pouvais pas imaginer ma vie sans toi ! Je t’aime trop… je te laisserai plus partir… si tu t’éloignes encore je t’enfermerai dans une cage !

    Je rigole et rougis après sa déclaration… je l’envie un peu, pouvoir dévoiler ses sentiments si facilement. Je me mets sur le dos et regarde le plafond avant de refermer les yeux et de revisualiser les derniers événements de ma vie. Je lui dis d’une manière assez pensive,

    - Tu sais, Saul m’a posé des questions pertinentes qui m’ont aidé à mettre de l’ordre dans mes pensées. J’y ai pensé pendant 4h de temps… assis sur l’une des chaises longues du jardin.
    - Ah… et c’était quoi ?

    J’hésite à le lui dire… c’est pas mon genre de descendre autant mes barrières et de me dévoiler de la sorte… je lui dis un simple mot…

    - Toi…
    - Moi ?
    - Tu … es la personne qui hante mes pensées quand je m’endors et quand je me reveille… lorsque je m’inquiète c’est pour toi ou alors c’est à cause de toi.

    Je parle d’une manière assez lente, gêné, mais d’une voix assez passionnée qui me surprend quelque peu, je continue sur ma lancée,

    - Dès qu’il m’arrive un truc je pense à te le dire… Rod… si tu venais à disparaitre à nouveau je crois que j’en mourrai…


    votre commentaire
  • POV Rod

    Je l'aime ce gars, vraiment... Quand je ne savais plus ou il était, quand il avait disparut, enfin que je le pensais disparut, j'ai cru mourir. Il est là maintenant, dans mes bras, dans mon lit, il sourit, il a même ris... Je ne pourrais jamais l'abandonner, je ne le referais plus jamais, je voudrais bien lui faire oublier tout ça...

    - Amour je ne partirai plus... Je me couperai même les jambes pour te le prouver, même si ce n'est pas pratique.
    - Dans ce cas je pousserai la chaise roulante

    Il rigole en disant ça, je le suis, ce serait pas pratique de me pousser dans le bar. Mat me regarde puis me dit,

    - Contentes toi de m'aimer à un point de non retour... et si tu pars je te retrouve et je te les couperai moi même!
    - Je serais presque tenté, rien que par le faite que ce soit toi qui me les coupes.

    Je rigole un peu, l'embrasse sur le crâne et continue avant qu'il ne réponde. Je lui dis,

    -Blague à part, je ne partirai jamais ! Plus jamais je ne te quitterai, quelques jours sans toi c'est l'enfer.
    -Oui... pareil pour moi...

    Il rougit, puis se blottit dans mes bras. Je l'aime ce gars, je me relève, et m'allonge sur lui, entre ses jambes. Il me sourit et me dit, taquin,

    -T'as encore envie ?
    -Tu n'imagines pas à quel point mon amour.
    -Je crois que si !

    Il pose son doigt sur ma queue... très dure... Je suis un pervers... un excité de service... Surtout avec l'amour de ma vie.

    Mais je suis aussi crever... fuck

    POV Mat'

    On a finit par le faire deux fois… une fois que Rod a jouit la première fois, il est directement devenu dure et son sexe a grossi à l’intérieur de moi. Pour le coup ça m'a aussi excité et on l’a refait. On s’est endormi dans les bras l’un contre l’autre, trop épuisé par le sexe.

    Je me réveille assez tôt, Rod dort encore. Je l’observe un petit moment dormir, il est vraiment beau. Il n’a vraiment pas beaucoup changé depuis cinq ans. Je me sens un peu… sale. Je sens que j’ai du sperme séché un peu partout sur le corps et pas que dessus... Je me lève et me rends à la salle de bain pour allé prendre une douche. Je suis entrain de me savonner lorsque je sens dans bras m’enlacer par derrière et un corps se coller contre le mien. La voix grave de Rod résonne à mes oreilles comme un doux ronronnement.

    - Bonjour amour…
    - Bonjour… déjà excité ?
    - A qui la faute ?
    - Bah c’est pas moi qui me suis glissé en douce sous la douche…
    - C’est vrai mais tu trémoussais tes jolies petites fesses bien rebondies…

    Il me dit ça en posant ses deux mains sur mes fesses. Je rigole… mais quel pervers celui-là. Il caresse mon bassin puis descend sa main sur mon sexe. Il le prend en main et entame un va et vient tout en embrassant mon cou. Je sens qu’il aspire ma peau avec délice. Je soupirs,

    - Rod… tu te rappelles que j’suis mannequin ?
    - Le maquillage ça existe nan ?
    - Imbécile… je te laisserai l’expliquer à Cindy Hein ?
    - Pas de problème, me dit-il en me retournant pour plonger ses yeux dans les miens.

    Il m’embrasse alors à pleine bouche tout en glissant un doigt plein de savon dans mon anus. Il entame un va et vient qui provoque une série de frisson dans mon corps. Je ne peux retenir des gémissements de plaisir. Je me cambre lorsque je sens son sexe entrer en moi. Il entre en moi tendrement pour accélérer de plus en plus. On jouit ensemble dans de long râle de plaisir. Rod va ensuite me savonner et je vais faire de même. On va sortir de la douche, puis s’habiller et sortir pour aller prendre un petit déjeuner dehors.

    Lorsqu’on arrive dans le bar, David et Mélissa nous fixent d’un air interrogateur. Rod s’approche et prend ma main dans la sienne, entrelaçant nos doigts.

    POV Rod

    David sourit quand il nous voit, il nous regarde puis nous invite à nous installer devant le bar.

    -Je suis content pour toi mec, même si nos sauteries vont me manquer.
    -T'es con mec, mais, ouais ça va me manquer... enfin... peut-etre.
    M-Vos sauterie ?
    R-On...Était sex-friend.
    M-Ah ?
    D-Il n'a plus voulus depuis que tu es passé au bar la première fois...

    Mélissa est revenue des cuisines avec deux cafés moulus, elle les a déposé devant nous, puis m'a dit qu'elle préviendrai une amie pour les aider aujourd'hui, que j'ai ma journée. Mon employer me donne un jours de congé... comique.

    On est sortis après que j'ai inspecté les réserves, de loin j'ai entendu Melissa parlé à Mat, elle lui demandait pardon pour lui avoir parlé froidement quand il était passé. Je souris, j'aime bien cette miss, vraiment gentille.

    On est sortie, puis aller manger un morceau dans un resto sympas. Un de ceux qui servent des petit déjeuner bien calorique mais super bon. Aprés on a été marcher dans la ville, dès qu'ont étais seul on se tenais l main, mais a cause des paparazzi on ne pouvais pas non plus aller n'importe où et faire n'importe quoi. J'aime Mat et je ne veux pas gâcher sa carrière surtout pas.

    A midi on est allé au restaurant, un indien. Il parait qu'il est bon, et j'ai une envie de poulet tandoori...

    Mat semble n'avoir jamais mangé Indien. Je commande alors un menu découverte, qui donne plein de petites portions de plusieurs plats. On passe un bon moment, le resto n'est pas bondé le midi ce qui fait que l'ont peu manger tranquillement. Mat a bu une bouteille d'eau d'un coup quand il a mangé un piment entier sans faire attention, j'ai pas pu m'empêcher de me moquer. Sauf que tout acte a ses conséquences... Je me suis brûlé juste après.

    On a tout de même passer un super moment. Vers 14h on est sortis et on a été voir un film. La salle sombre, j'adore ! J'ai pas pu m'empêcher de le sucer au milieu de la salle. Il s'est mordu le poignet pour ne pas trop gémir. A la sortie, il m'a frappé en riant, me disant que j'étais fou. Et oui je suis fou... mais, de lui.

    On est rentré vers 19 heures, en passant par le bar. Vu le monde qu'il y a, on n'est entré sans se faire remarquer. Après avoir salué des clients fidèles, je suis monté avec Mat.

    POV Mat'

    Arrivé à l’appartement de Rod, je me suis assis sur le canapé épuisé. On a pourtant pas fait grand-chose à part profiter de la journée pour ce promener et manger au resto mais ça m’a épuisé. Rod a profité d’être ici pour appeler Andrew qui apparemment a été mis au courant par ses parents que j’étais revenu. Il aurait essayé d’atteindre Rod mais son portable était injoignable.

    Deux jours sont passés depuis mon retour chez Rod. Après un coup de fil de Cindy, j’ai décidé d’aller voir Leila pour lui annoncé pour Rod et moi. Je redoute ce moment mais je ne peux pas continuer à jouer double jeu.

    Rod devait bosser alors j’ai pris le bus pour rentrer à la maison. Lorsque j’ouvre la porte de chez moi, je remarque que les rideaux sont tirés et ça sent le renfermer. Je referme derrière moi et m’avance dans l’appart’ à la rechercher de Leila. Selon Cindy elle n’a pas vraiment quitté la maison ces jours ci. J’avance dans la semi pénombre et aperçois soudain Leila assise sur le canapé un verre d’alcool fort à la main.

    - Leila ?

    Elle ne me répond pas, se contentant de porter le verre à ses lèvres. Je m’avance vers elle et m’assois sur le fauteuil en face d’elle. Elle semble fixer un point quelconque sur la table de salon, prise dans ses pensées.

    - Leila…

    Elle pose alors son regard sur moi et me dit d’une manière froide,

    - Je suis encore la dernière roue du carrosse ?
    - Comment ça…
    - Tu es ici depuis deux jours n’est-ce pas ?
    - Oui…
    - Et tu n’es pas venu me voir…
    - Je… j’ai pas eu le temps…
    - Mais pour lui tu as trouver du temps…

    Je la regarde un peu surprise, elle me dit d’une voix sanglante,

    - Je vous ai fait suivre lors de votre escapade en ville…

    Elle a… changer. Est-ce que c’est de ma faute ? J’ai été si indécis qu’elle a changé de caractère et de manière d’être ? Mon cœur se serre, il faut que j'y mette fin tout de suite…

    - Leila écoute… je… c’est dur à annoncer mais il faut qu’on arrête de se fréquenter. Je… je t’aime beaucoup mais plus en amie qu’en petite amie. Je suis désolé si je t’ai fait mal… et que je t’en fais encore mais… j’aime Rod.

    Elle se met soudain à rire… un rire qui me glace presque le sang. Elle pose alors ses yeux sur moi, et me dit d’une façon provocatrice,

    - Et tu crois que je vais te laisser faire ?
    - Mais…
    - Je suis journaliste je te rappelle! Tu me quites? Alors je dévoile tout et ta vie est foutu… bye bye ta carrière de mannequin… bye bye la notoriété du bar de Rod…
    - Qu’est-ce que Rod à avoir la dedans ? lui dis-je outré.
    - TOUT ! C'est lui le coeur du problème... il l'a toujours été !

    Elle vient de crier presque de rage. Elle prend une voix toute mielleuse,

    - Sais-tu que ton Rod chéri va prendre si on découvre qu’il aurait falsifié des documents…
    - T’es pas sérieuses ?
    - Les rumeurs vont assez bon train… surtout quand une quinzaine de boite de paparazzi apprennent la nouvelle par un informeur qui a de la notoriété et des bonnes fréquentations...

    Mon cœur se serre… elle oserait pas détruire la vie de Rod ? Si, elle oserait, elle le fera sans doute... son regard me le prouve. Elle a déjà detruit la vie d’une actrice car elle s’était méchamment frittée avec elle. Tout le monde sait qu’il faut mieux l’avoir comme amie que comme ennemie. Je la regarde tristement et lui dit,

    - Leila… non s’il te plait…
    - Tu sais très bien que je pourrais le faire Mat… et je le ferais. Je te détruirais toi et ton chien à dread… à moins que…

    Elle me regarde avec des yeux plein de malice qui me donne des frissons.


    votre commentaire
  • POV Rod

    Mat est parti voir Leila, il faut bien qu'il lui dise... Il m'a choisis moi, je suis vraiment super content, David se fou de ma gueule car je souris parfois comme un con. Je dois vraiment avoir l'air stupide.

    Je bosse pour passer le temps. J'essaye d'inventer un cocktail, vu qu'il n'y a personne. D.D m'aide en goûtant. Les essais que je viens de faire ne sont pas concluant. Le dernier on l'a recraché en rigolant sous les regards moqueurs d'autre clients. Un photographe habitué, Samuel nous rejoint. Il trouve ça bien d'aider son « bar préféré » à créer des cocktails.

    On passe donc la journée à boire... Enfin petites gorgées, heureusement que je tiens l'alcool. Enfin, faut dire qu'on recrache beaucoup, parfois c'est vraiment dégueulasse ... En tout cas, ça me permet de penser à autre chose avant le retour de Mat... de MON matou. Je souris en pensant à lui... mon matou chat.

    POV Mat'

    Leila… mais qu’est-ce que j’ai fait. Elle est comme ça à cause de moi… comment j’ai pu être aussi cruel avec elle. Elle est debout en face de moi. Elle baisse les yeux, les larmes coulent sur son visage. Elle semble en pleine pensée. Elle essuie son visage du revers de la main, puis lève la tête pour plonger ses yeux couleur de nuit dans les miens. Elle dit d’une voix décidée,

    - Obéis moi Mat… si tu ne le fais pas je détruirai Rod…

    Elle avance vers son attaché caisse et jette plusieurs papiers sur la table.

    - J’enverrai ces documents aux médias… et je ferai un article moi-même s’il le faut…

    J’avance et jette un œil aux papiers. Mon sang se glace. Il y a des photos de document qui serait falsifier au nom de Rod… ça produira vraiment pas mal de dégâts… Rod pourrait même aller en prison si elle arrivait à prouver ses dires… ce sont vraiment des photos du bar de Rod… quand… comment… je lui lance un regard inquiet. Elle sourit, un sourire triste mais un regard déterminé. Leila

    Elle s’approche et me dit,

    - Tu me crois maintenant ? Je n’ai qu’à le vouloir pour que ta vie et celle de Rod soient complètement détruites… alors ne me pousse pas à le faire Mat… je t’aime… je t’aime tellement… je n’accepterai pas que tu appartiennes à une autre personne que moi…

    Elle parle d’une voix profonde… son regard est voilé. Rod… je n’ai pas envie que par ma faute sa vie soit détruite. Je ne veux pas lui poser d'avantage de problèmes. C’est de ma faute si Leila est devenue ainsi… la jalousie et la tristesse l’ont poussé à dépasser cette ligne de non retour. Je frissonne... il... Je dois tout faire pour qu’elle n’envoie pas ces papiers… je ferai tout pour le protéger. Leila avance vers moi sans me quitter du regard et m’embrasse tout en passant ses mains autour de mon cou. Je romps le baiser et m’écarte un peu mais elle me retient. Elle me regarde plus sévèrement, d’une voix est froide elle me dit,

    - Obéis-moi où Rod souffrira…
    - Leila s’il te plait…
    - Tu es décidé à m’obéir ?
    - Je…
    - Très bien alors j’envois tout, d’ailleurs tout est déjà chez un magasine près à être lancé si je ne les averties pas personnellement de ne rien faire… le service sanitaire sera prévenu…

    Elle s’écarte et se tourne partant en direction de son ordinateur. Mon cœur se serre. Je lui attrape la main, la stoppant dans son hélant

    - Non… attend…
    - Tu t’es décidé ?
    - D’accord… je ferais ce que tu veux alors dit leur de ne pas les faire paraitre…

    Elle semble satisfaite de ma réponse, prend son portable et envoie un message. Je fixe le sol… j’ai toujours l’art de me fourrer dans de ces merdiers… Elle pose ensuite son portable sur la table et s’approche vers moi. Elle m’embrasse et passe sa main dans mes cheveux avant de me prendre par la main et de m’emmener dans notre chambre. Elle me pousse sur le lit et se positionne sur moi en m’embrassant fougueusement. Elle touche mon torse, se laisse glisser entre mes jambes puis enlève mon T-shirt avant d’embrasser mon torse avidement. Je ne bouge pas, je la regarde faire sans participer… elle défait mon jeans, ouvre la fermeture éclair et sort mon sexe de sa cloison de tissu. Elle le prend en bouche et fait quelques allé retour mais je n’arrive pas à être excité… je n’ai qu’un sentiment de tristesse et de dégout. Elle arrête sa gâterie et lève des yeux rageurs avant de me dire,

    - Tu ne bandes même plus pour moi? Tu te fous de ma gueule Mat?
    - …
    - Très bien…

    Elle se lève et fouille dans son tiroir à la recherche de je ne sais quoi. Je la regarde sans vraiment la regarder… Rod… j’ai tellement envie de te voir. Elle se repositionne entre mes jambes, passe sa main derrière ma nuque pour la soulever et m’embrasse à pleine bouche. Sa langue passe dans la mienne et s’infiltre un peu trop en profondeur. Je sens que j’avale quelque chose. Elle rompt le baiser. Je toussote un peu et la regarde un peu apeuré avant de lui demander,

    - Qu’est-ce que tu m’as donné…
    - Un médicament contenant de l’aphrodisiaque… Ca va t’aider… avec ça tu vas bander et même aimer et pas qu’un peu… tu vas me supplier de te laisser me pénétrer…
    - Leila… je…

    Je me sens bizarre… elle m’embrasse le cou. Mon cœur s’accélère… j’ai chaud

    - Ça commence déjà à faire effet ? C’est vraiment efficace tu ne trouves pas ?

    Effi… cace ? J’ai de la peine à respirer… j’ai l’impression que mon cœur va sortir de ma poitrine, je le sens taper fort… trop fort. J’ai chaud… si chaud… j’ai l’impression de ressentir dix fois plus les sensations de ses caresses sur mon corps. Ma vue est légèrement brouillé.

    - Wow… tu bandes comme jamais… je préfère ça…

    Je sens sa bouche sur mon frein… je sens que je vais exploser… des gémissements incontrôlés s’échappent d’entre mes lèvres. Je suis dans un état second. J’ai l’impression de m’évanouir par moment, de n’être que semi-conscient de ce qui arrive, je ne suis plus maitre de mon corps. J’ai l’impression de voir des flashes, de ne pas être vraiment là. Je suis sur elle… je lui fais l’amour sauvagement… je me retrouve sur le dos, je vois son corps se mouvoir sur moi. Ma tête tourne... j'ai l'impression d'être bourré... non... pire drogué. Je ferme les yeux, je jouis… une fois… puis deux fois… je ne sais pas combien de fois on l’a fait… je ne contrôle plus rien… je ne suis plus maitre de rien… je m’entends gémir… lui supplier d’aller plus vite… je ne me reconnais plus… même ma voix n'est plus pareil... je me fais peur… j’ai peur de cette rage incontrôlable qui m’habite… de ses pulsions que je n’arrive à gérer… de cette douleur qui tiraille mon bas ventre, nos cris résonnent à mes oreilles… je vois flous… la pièce tourne… je m’évanouis

    POV Rod

    Il n'est pas revenus, c'est quoi ce bordel ? Je... Non il a du rester là-bas pour lui parler, c'est rien il va revenir... Je vais aller me coucher et tout ira bien, demain il viendra me voir et m'embrasser et je pourrai lui faire l'amour encore une fois...

    Enfin c'est ce que j'ai pensé hier soir...Je suis descendu assez tôt pour laver mon bar avant l'ouverture, j'étais en train de préparer l'ouverture imminente quand un inspecteur sanitaire est venu me voir. Je ne comprends pas trop, il me montre des papiers et des photos.

    Sur ces dernières on voit mon bar et surtout des cafards au sol de la cuisine et un papier de l'inspection sanitaire de janvier dernier, falsifier grossièrement... C'est quoi ces conneries ? Je n'ai aucun cafard et je n'ai jamais rien falsifié. L'inspecteur ferme mon bar et met une affiche « Fermé par les Services Sanitaires » La pire horreur qui puisse m'arriver. Le bouche à oreille du monde de la mode est rapide, extrêmement rapide... Je suis foutu rien qu'avec ça...

    L'inspecteur me demande de prouver que je n'ai jamais falsifier les papiers. David qui arrive à 14h, parle avec l'inspecteur, lui disant qu'il n'y a jamais eu de document falsifiés, que nos notes sanitaires sont au plus haut. Je vais chercher mes documents, j'ai garder la manie d'Abuelita de tout ranger, ce qui fait que je n'ai qu'a prendre le classeur « sanitaire ». A l’intérieure j'y trouve tous les contre-rendus sanitaire. L'inspecteur peut alors tout vérifier, il prend des photos, signe des papiers que je dois aussi signer à mon tours. « Pour classer sans suite les accusations » un truc du genre.

    A 16h un nouvel inspecteur rejoint le premier. Il réalise une inspection de son côté. Il vérifie tout dans les moindres détails. Encore plus qu'à l'habitude. Il fait des testes dans les éviers, les pressions du bar tout... Il a mis une heure à tout faire puis réalise la nouvelle plaque d'inspection sanitaire qu'il installe lui-même. David prend une photo à se moment, l'inspecteur lui demande pourquoi, il explique qu'il ne veux pas qu'une accusation à tord revienne. Les inspecteurs signent le polaroïd pour prouver qu'elle n'est pas truqué.

    I-Bon, vous êtes hors d'accusation, après vérification il a été prouvé que vous n'avez rien falsifié.
    R-Qui nous a accusé ?
    I-D'après le contre-rendu, il semblerait que se soit un magazine. « Poeple mode ».
    R-Ok.. Merci.

    Il nous dit qu'avec les nouveaux papiers ont n'aura pas de problèmes, que peu de clients ont frappés à la porte. Ils ne se rendent pas compte de qu'elle type de clients ont parlent. Ils partent juste après, pancarte de fermeture sous le bras. David est rentré chez lui avec Pablo, le cuisinier. Je suis assis par terre contre le bar quand je vois Mat entrer, tête baissé. Il ne semble pas bien, il ne veut pas me regarder.

    -Amour ?
    -...
    -Amour regarde moi
    -...

    Je soupire, me lève et monte dans mon appart' sans le regarder, Je murmure juste « Journée de merde putain.. » Pas vraiment discret, mais pas faux.

    POV Mat'

    Lorsque je me réveille, l’appartement est vide. La montre indique 11h… Je m'assois au bord du lit, je ne me sens vraiment pas bien. J'ai des nausées, mal au ventre et à la tête. Je me lève, manquant de peu de m'écrouler au sol. Je vais à la cuisine pour prendre un verre d’eau. Je trouvé un petit mot de Leila « Je pars bosser. Rappel toi bien de notre accord… tu m’obéis où tu sais ce qui risque de se passer… j’ai le pouvoir de vous nuire… rappelle-toi ceci… Je t’aime… Leila ». J’ai la nausée… je m’avance vers le lavabo juste à temps pour y vomir de la bile. Je me laisse glisser contre le meuble et m’assois par terre toute force m’ayant quittée. Je vais y resté un moment avant de me rendre dans la salle de bain et de me glisser sous les jets d’eau chaude. L’eau sur mon corps me fait un bien fou… je vais rester sans bouger un long moment… je n’ai pas envie de partir. Je m’assois dans la baignoire, remontant mes jambes contre mon torse et appuyant mon front sur mes genoux. L’eau coule sur mon corps… je fais le vide dans ma tête... je veux oublier tout ce qui s’est passé… je ne veux penser à rien. Je finis par sortir de la douche, me regarde dans la glace, mon reflet me dégoûte. J’ai plusieurs suçon sur le corps… beaucoup trop pour que ça passe inaperçu. J’ai aussi des marques de griffures et de croutes rougeoyantes sur le torse, le ventre et sur le dos. Je frissonne et détourne le regard. Je n’ai qu’une pensée qui me vient en tête… J’ai trompé Rod. Un haut le cœur me reprend. Je m’assois par terre pour me calmer un peu, puis sort de la salle de bain, me rends vers mon armoire et m’habille avant de quitter l’appartement sans me retourner.

    Je vais passer la journée dehors, me promenant le long de la rive, j’ai envie de boire de l’alcool… cette envie me tenaille et revient sans cesse... je fais mon possible pour chasser cette envie… je ne veux pas refinir comme la dernière fois. Je m’appuie contre un arbre dans un parc et me laisse glisser jusqu'à ce que je me retrouve assis par terre. Je regarde le ciel bleu. Je vais dormir un peu, puis vers 16h, je me réveille en sursaut. Il va me falloir un petit moment pour réaliser où je me trouve. Je me lève et décide de marcher. Je m’infiltre dans les rues de la ville, allant de ruelle en ruelle et remarque soudain que mes pas m’ont conduit au bar de Rod. J’hésite à entrée… puis finit par le faire. Je remarque assez vite Rod assis par terre contre le bar. Mon cœur se serre, je détourne le regard et fixe le sol. Il m’appelle… non… ne me suis pas. Je me précipite dans les escaliers et entre dans son appartement. Je m’éloigne un peu de la porte, je l’entends entrée derrière moi. Il soupirs puis dit entre ses dents

    - Journée de merde putain…

    Il ne semble pas bien… fatiguéépuisé et à bout de nerf... Je l'ai rarement vu ainsi. J’hésite à demander, puis je le fais pas très rassurer,

    - Pourquoi ?
    - Quoi "Pourquoi" ?
    - Tu parles d’une journée de merde…

    Il s’avance et s’assoit sur le canapé en posant une main sur son front en pestant tout en me disant d'une traite,

    - On a reçu la visite du service sanitaire…

    Non… mon cœur se serre, je me tourne vers lui apeuré, il continue

    - Un putain d’enfoiré de chez « People Mode » aurait balancé des conneries sur la falsification de document…

    C’est un rêve… ça ne peut pas être vrai…

    - Ils ont fermé le bar pendant quelques heure… putain… t’imagine la répercussion… avec un putain d’écriteau de merde disant « Fermé par les services Sanitaires »… putain j’hallucinais tu le crois ça ?

    Non… dit moi que c’est une blague… allez dit le moi Rod… non… putain non… elle avait promis… Pas Rod… détruit moi mais ne le touche pas lui… je t’en supplie Leila… pas Rod…

    - Ils pouvaient agiter des banderoles pendant qu’il y était… Tu m’écoutes Mat ? Eh ! Putain Matou ça va ? Oh répond moi !!! »

    Mon cœur me fait mal, mes jambes ne me retiennent plus… les larmes coulent sur mon visage… mon cœur me fait si mal… ma vue se brouille… je m’écroule à terre.

    POV Rod


    Il a quoi ? Il lui arrive quoi ? Il a du mal à respirer et se tient la poitrine, nan ! Nan me fait pas ça ! Je l'ai pris dans mes bras, je... L’hôpital, il faut que j'aille à l’hôpital avec lui ! Je le prends dans mes bras, puis le porte jusqu'à ma voiture. Je roule vite, trop vite vu le flash que je viens d'apercevoir.

    Arrivé aux urgences, une infirmière le prend en charge rapidement, me disant d'attendre dans la salle près de l’accueil. Non, s'il vous plaît pas lui, pas encore une fois s'il vous plaît ! Ne me le prenez pas comme vous me l'avez prise elle !

    J'appelle Bri, il arrive après une heure, au même moment que le médecin.

    -Vous accompagnez M. Onigan ?
    -Oui.
    -Il va bien, il a fait une crise d'angoisse. Nous l'avons mis sous sédatifs. Nous allons le garder une nuit, après quelques examens demain, il pourra sortir.
    -D'accord, merci.

    Je tombe presque de soulagement quand il part.

    B- Ça va Rody ?
    R- Ouais, mauvaise journée mais, ça va.
    B- Tu veux dormir chez moi ? C'est plus près de l’hôpital.

    J'accepte, je ne peux pas aller voir Mat, je viendrai demain même si ça me tue de ne pas pouvoir allé le voir. Quand j'arrive à l'appartement je rassure Len. Il s'est tout étalé de soulagement quand il a su que Mat allait bien. Bri l'embrasse puis va faire à manger. Je passe une soirée tranquille même si je suis assez mal avec tout ce qui s'est passé. Je vais me coucher après un appelle de Cindy.

    C-Rod ? Tu n'es pas chez toi ?
    R-Nan, je suis chez Brivael.
    C- J'ai appris pour ton bar, que s'est-il passé ?
    R- Une fausse accusation de « People mode », j'ai peur que ça me fasse faire faillite... Beaucoup de clients ont vu le panneau de fermeture par les services sanitaires...
    C-T'inquiète pas, tu arrivera à te relever. Mat est avec toi ?
    R- Non, je sais pas ce qu'il a, il a fait une crise d'angoisse il est à l'hosto.
    C- Quoi ?
    R-Il va bien, je vais le chercher demain.

    On parle un peu puis je m'en dore dans la chambre d'amis. Je me réveille le lendemain à 8h, après avoir mangé avec Bri et Len, je pars à l’hôpital attendre des nouvelles de Mat. Vers 10h je vois Cindy et Leila arriver, cette dernière me lance un regard noir.

    -Alors, tu n'es pas en train de désinfecter ton bar ?
    -Comment tu sais ça toi ?
    -Les infos circule vite. Les photos sont de bonnes preuves, ton bar dois être fermé.

    Des photos ? Comment elle sait que... Putain elle a osée...

    On est coupé par le médecin, il autorise les visites de la famille seulement, cette salope de Leila peut y aller car elle est "sa fiancée"... Je vais devenir fou !


    votre commentaire
  • POV Mat'

    Lorsque je me suis réveillé, j’étais à l’hôpital. On m’a expliqué que j’avais fait une crise d’angoisse… et qu’ils voulaient me garder en observation. J’étais pas mal dans les vap et j’ai beaucoup dormi. Au début j’étais dans une chambre à plusieurs lits, mais mon manager qui avait été prévenu ne voyait pas les choses sous cette angle. Il m’a fait avoir une cambre individuelle… merci Jerry. J’ai passé une nuit agitée, j’ai fait pas mal de crise et ils ont du me sédater pour me calmer.

    Le lendemain vers 10h, l’infirmière m’annonce que je vais avoir de la visite. Je m’attends à voir Rod quand Leila entre. Je me crispe en la voyant arriver… je me retrouve seul dans la chambre avec elle. Elle prend une chaise et s’assoit vers moi sans rien dire dans un premier temps, puis me demande,

    - Comment tu te sens?
    - ...
    - Mat... est-ce que tu as saisi le message ?

    Je ne dis rien… je tremble… putain pourquoi est-ce que je tremble. Elle me sourit, putain elle me fait peur... pourquoi j'ai l'impression qu'elle vit dans "son propre monde". Elle me dit,

    - On a passé une nuit géniale… ah ah tu as bandé comme un bœuf toute la nuit mon cœur. Je me réjouis de remettre ça !
    - Re… mettre ?
    - Bah oui tu ne pensais tout de même pas que ça allait finir comme ça ?

    Elle prend un air sérieux et me dit d’une voix grave,

    - Je t’avais prévenu Mat… je t’aime, tu m’appartiens et je ne te laisserai à personne. Tu as eu un aperçue de ce que je peux faire…

    Je me sens mal… j’ai envie qu’elle parte…

    - S’il te plait laisse-moi seul…
    - Comment ?
    - Je… il faut que je me repose.

    Je détourne le regard, elle soupir, se lève et m’embrasse sur le front avant de quitter la chambre. Je me mets en boule… je n’arrive pas à stopper ces tremblements putain… je veux voir Rod… Rod t'es où… Rod… je veux t’entendre… te voir… je me mets à crier son nom… une fois… deux fois… trois fois… une infirmière entre dans la pièce affolée suivit d’un médecin. Ils me font une piqure de force pour me calmer… je pleurs… hurle… j’en ai marre de toutes ces conneries. Pourquoi… pourquoi ça m’arrive à moi… j’en peux plus. Je veux le voir… je veux lui dire que je l’aime… je veux qu’il me serre… je veux le revoir… je l’ai enfin retrouvé, je ne veux pas qu’on me l’arrache… je me sens soudain étrangement léger. J’entends l’infirmière dire au médecin que le sédatif commence à faire effet, je m’endors.

    POV Rod

    Leila est restée trop longtemps à mon goût, puis est partis. Bri a du partir aussi, son match est dans peu de temps. Le gros match de sa carrière car, final du championnat d’Europe. Enfin bon, je suis resté avec Cindy.

    Deux heures plus tard une infirmière vient assez rapidement vers nous, elle nous demande si un certain Rod est présent, je me lève et la suis à sa demande.

    Mat serait agité, et la dose maximum de sédatif atteinte, ils ne peuvent plus en injecter sans risquer le coma. Ca m’inquiète fortement,

    Quand j'entre dans la chambre, Mat est maintenu tant bien que mal par deux infirmières. Dès qu'elles me voient elle me demande d'essayé de le calmer, il m'appelle.

    -Rod !
    - Amour je suis là, arrête de bouger.
    -Rod, Rod !

    Il m'a vu, il sert mon poignet, les infirmières partent et referment la porte. Je tire Mat vers moi, puis m'installe derrière lui. Il se calme doucement, je l'embrasse dans la nuque, sur l'épaule.

    -Matou, ça va ?
    -Ne part pas Rod, ne part pas !
    -Je ne partirai pas, qu'est-ce qu'il t'arrive mon amour ?
    -...
    -Matouchat ?
    -...
    -Dit moi amour, ne me cache rien s'il te plaît...

    POV Mat'

    Je pleurs
    … je contrôle pas ces stupides larmes… J'ai eu si peur... j'ai du rêvé, mais ça semblait si réel... il était parti, il m'avait quitté, j'étais à nouveau seul. Rod me berce pour me calmer. J’ai encore fait une crise… je lâche ses poignées pour me blottir d’avantage dans ses bras. Ses bras me serrent et je sens son souffle chaud contre mon cou.

    - Rod…
    - Je suis là… qu’est-ce qui se passe amour ?
    - Rien… ça va passer…
    - N’importe quoi… tu as vu dans quel état tu es ?
    - C’est rien…

    Je ne peux pas lui dire… ça risquerait d’aggraver la situation…

    - Mat… Tu préfères faire des cachotteries avec ton ex? Tu préfères me mentir maintenant? Alors qu'on se remet enfin ensemble… qu’est-ce que tu me caches putain… Tu m’aimes plus et tu la préfères elle c’est ça ?
    - Non ! Bien sûr que non…
    - Alors quoi putain… amour j’en peux plus de te voir comme ça… dit moi !
    - Non… Rod… j’en mourrais s’il t’arrivait encore quelque chose à cause de moi…
    - Il m’arrivera rien amour…
    - C’est faux… elle va te faire du mal !

    C’est sortie tout seul… j’ai dit ça en criant. Pourquoi je le lui dis… je suis con… comment le protéger s’il part au car de tour… non… je ne veux pas qu’elle lui fasse du mal…

    Rod me demande,

    - Pourquoi est-ce que tu as dit « encore »… et pourquoi est-ce que tu dis que c’est à cause de toi ?
    - …
    - Matou, qui va me faire du mal…

    Non… j’en ai déjà trop dit… je ne dois pas lui en dire davantage.

    - Ce "elle", c’est Leila hein ?

    Je me crispe en entendant son nom...

    POV Rod

    J'ai raison, forcement vu sa réaction, qu'est-ce qu'elle a fait ? Que lui a t'elle fait ?

    -...
    -Amour ? C'est Leila qui t'as fait quelque chose ?
    -...
    -Dit le moi s'il te plait
    -Non...
    -Matouchat ?

    Il ne rien dit de plus, je n'insiste pas trop. Je le serre juste dans mes bras jusqu'à l'arrivée d'une infirmière. Elle m'annonce que c'est l'heure du repas. Je sors du lit, malgré les protestations de Mat. L'infirmière installe le plateau puis part, Mat ne veut pas manger mais je l'y oblige. Ce n'est pas fameux comme repas mais il faut qu'il mange.

    Au final, il n'a pas beaucoup mangé, juste un peu mais, c'est déjà ça. L'infirmière est revenu chercher le plateau puis m'a dit que je pouvais resté dormir si je ne faisais pas de bruit. Heureusement, je n'aurais pas supporté d'être loin de lui. Il s'est endormis, moi aussi.

    J'ai été réveillé par Mat qui faisait un cauchemar. Il gémissait dans son sommeil tout en implorant je ne sais qui. Répétant « Non ! Non ne lui fait pas de mal ! » « Arrête ne fait pas ça, pas à lui ».

    Il s'est réveillé, presque en crise. Je me suis allongé auprès de lui, le berçant dans mes bras, lui chuchotant que j'étais là. Qu'est-ce qu'il lui arrive ? Pourquoi ? Qu'est-ce que Leila a fait pour qu'il retombe si bas ?

    POV Mat'

    Rod a passé la nuit à côté de moi. Au petit matin, l’infirmière a été un peu surprise de nous voir dans le même lit et surtout de nous voir enlacé mais elle n’a rien dit. Vers 9h30, j’ai reçu la visite de mon père, de mon frère et ma sœur tout inquiet. Après les avoir rassuré et s’être empressé de parler avec le médecin, ils ont pu se calmer un peu. Ils n’ont pas pu venir avant mais je suis content qu’ils soient venu. Les petits ont du retournés en cours et mon père avait rendez-vous chez son psy. Rod est resté avec moi toute l’après-midi jusqu’à ce qu’on me permette de quitter l’hôpital. J’étais gêné qu’il manque autant le boulot… mais il m’a dit en rigolant qu’il y a du bon d’être patron, et que ses employés étaient vraiment des perles rares. On m’a donné des médicaments pour la maison…

    En arrivant à l’appartement de Rod, je me stoppe en fixant la porte. Rod suit mon regard et soupire. Sur la porte, il y a une photo de Leila et moi qui date d’avant-hier… je suis endormis affalé sur le lit et elle, elle m’embrasse. Il y a écrit sur la photo « Il est à moi ! ». Mon cœur se serre.

    - Elle se fou de ma gueule ou quoi cette conne? dit Rod d'une voix énervée.

    Il ouvre la porte en arrachant la photo avant d’entrer dans l’appartement et de tendre le bras pour que je lui prenne la main. Il n’est pas fâché ? Pourquoi est-ce qu’il ne me frappe pas… Je prends sa main timidement et lui demande pas très rassuré,

    - Ca te fait rien la photo? Tu… n’es pas fâché ?

    Il me tire à l’intérieur, je finis dans ses bras… il me dit alors,

    - J’ai d’autre chose à faire que de m’occuper des agissements d’une conne… comme m’occuper de mon petit Matouchat…

    POV Rod

    Je tire Mat vers moi et l'embrasse doucement, il essaye de se reculer... pourquoi ? Je passe outre, le tirant vers la salle de bain pour qu'il se lave, je vais entrer avec lui quand il me dit non, me poussant dehors. Je n'ai pas envie de l’embêter même si ça me fou un peu sur les nerfs de le voir me rejeter comme ça, sans rien me dire...

    Je retourne au salon, ranger un peu le bordel laissé, puis je vois un cassette video sur la table du salon. Leila est entré ? Cette conne a marqué sur une feuille sur la boîte du VHS « Avec ça, je suis sur que Mat me reviendra »

    De quoi elle parle ? Je mets la cassette dans le lecteur. Je comprends pas tout de suite, puis si... Une sex-tape, cette conne a fait une vidéo d'elle et... de Mat. Elle a bien laissé la date pour me prouver que c’était le jour où il est allé lui parler... Je pète un câble. Je stoppe la vidéo, qu'est-ce que c'est que cette merde... putain ! Il m'a trompé ? Il a couché avec son ex ? Il me rejette pour ça ? Il ne me veut plus moi et a peur de me le dire ?

    Cindy arrive une heure après, j'ai toujours pas bougé du canapé, fixant l'écran. Elle me demande ce qui m'arrive, je lui montre la vidéo. Elle est choqué mais, en regardant de plus prés elle me montre quelque chose de bizarre... Mat ne semble pas bien, il ne bouge pas... on dirait qu'il n'est pas vraiment présent. Il est... forcé ? Cette salope a viole mon amour... Et moi comme un con j'ai osé pensé qu'il m'avait trompé ! Je suis con... putain... Je la hais !

    Je demande à Cindy d'allé voir Leila, de voir ce qu'elle compte faire... Je vais voir Mat, il ne dort pas. Me fixant bizarrement, essayant de se cacher sous la couette, je suis trop énervé, je tire la couverture par terre, il se retrouve nu à m'a vu, allongé sur le lit... Je stoppe mon regarde sur lu, choqué... Il a des suçons partout.. Des griffures... Que...

    -Mat... C'est quoi ça ?


    POV Mat'

    Je n’avais pas envie qu’il voit mon corps, je l’ai repoussé instinctivement en dehors de la salle de bain. Il semblait énervé… pourquoi est-ce que je finis toujours par énerver les autres… pardon Rod… Je monte dans la douche et reste sous l’eau chaude un bon moment… je ne sais pas trop combien de temps mais au final je suis sortie car j’avais la tête qui tournais.

    Lorsque je sors de la salle de bain, j’aperçois Cindy et Rod fixant tous deux la télé. Je me faufile dans la chambre. Qu’est-ce que Cindy fait ici ? Elle est venue voir comment j’allais ? Ou alors Rod avait envie de la voir ? Je m’avance vers l’armoire de Rod pour y prendre un de ses T-shirt quand la porte s’ouvre. Je me jette sur le lit et me met sous la couette. Rod me fixe bizarrement… j’en étais sûr… il est en colère pour la douche. Il s’approche à grande vitesse et enlève la couette. J’essaye tant bien que mal de cacher mon corps mais il a vu… il a tout vu… non… ne me rejette pas je t’en supplie… ne part pas!

    - Mat… c’est quoi ça ?

    Je n’arrive pas à parler… ma voix refuse de sortir… son regard est si dur… il est tellement en colère

    - C’est Leila hein ? Répond bordel !
    - …

    Il lâche le duvet et s’apprête à sortir de la chambre quand je me précipite vers lui m’accrochant à son T-shirt et tombant à terre. Je suis accroché à lui,

    - Pardon… pardon Rod… ne me rejette pas… je t’en supplie… ne me rejette pas… pitié… ne part pas à nouveau!!!

    J’ai honte… si honte… je comprendrais qu’il ne veule plus de moi. Je suis si sale… mais je ne supporterai pas de vivre sans lui… plus jamais… mes bras glissent le long de ses jambes, je n’ai plus de force…


    votre commentaire
  • POV Rod

    J'allais allé tuer Leila quand il s'est accroché à moi, il est tombé par terre, il me supplies de ne pas l'abandonner ? De ne pas le rejeter ? Pourquoi je ferais ça ? Je l'aime...

    -Amour je ne te laisse pas ! Jamais ! Je t'aime !
    -...

    Il ne répond pas, se serre contre moi, je m'assois devant lui, il s'approche encore plus. Je ne le laisserai pas, je ne peux pas...

    -Amour, je ne bouge pas tu vois ? Je ne te laisse pas... Je n'ai jamais imaginé te rejeter...
    -Mmh mh...
    -Je dois faire quoi pour que tu aies confiance en moi ?
    -Je... je te crois...

    Je le sens se serrer contre moi, je resserre mon étreinte aussi. Je me colle contre lui, colle ma bouche à son oreille, l'embrasse sur le lobe de l'oreille.

    -Si tu as confiance en moi...pourquoi tu ne me parles pas ?
    -Je...
    - Dis moi amour s'il te plait...
    - J'ai... peur... peur que je vienne à te dégoûter tellement que tu ne puisses même plus poser les yeux sur moi...

    Il ne me regarde par, j'ai l'impression q'il veut me fuir... Non, il ne doit pas me fuir, je veux qu'il ait confiance en moi, qu'il se confie... Qu'il me laisse l'aimer... L'aider..

    -Matouchat, me fuit pas... Jamais je ne te fuirai... Je préférerais me couper les dreades que de te fuir...

    POV Mat'

    Se couper les dread ? Il ferait… ça pour moi ? C’est la chose la plus importante à ses yeux. Mon cœur se réchauffe… je l’aime… putain je l’aime tellement. Rod me serre tendrement dans ses bras avant de me poser sur le lit. Je suis sur le dos et il se positionne sur moi. Il essuie mes larmes, puis embrasse ma paupière droite, puis la gauche avant de poser ses lèvres tendrement sur les miennes. Il caresse ensuite chaque partie de mon corps. Je m’abandonne complètement à lui, à sa bouche, à ses mains. Sa langue vient jouer avec la mienne avant de descendre le long de mon cou pour remonter vers mon oreille. Il me susurre,

    - Je vais purifier chaque partie de ton corps qu’elle a souillé.

    Il descend alors vers mon entre jambe, parsèment mon torse et mon ventre de baiser jusqu’à arriver devant mon membre tendu qu’il avale avec gourmandise. Je souris en entendant les paroles qu’il me disait quand on était jeune… qu’il adore sucer et encore plus quand c’est moi qu’il suce. Je m’abandonne à sa bouche experte… plus rien n’a d’importance. Il remonte ensuite vers moi, il a abandonné ses habits et je sens son corps chaud contre le mien. Son sexe est à l’entrée de ma grotte. J’écarte les jambes et je sens son frein entrer doucement en moi. Je m’agrippe à son corps en tremblant sous le plaisir. Il va alors entamer de long va et vient… il me prend d’une manière très tendre. Dans un râle de plaisir je lui dis,

    - Je t’aime… je t’aime Rod…

    On va jouir presque en même temps, moi en premier suivis de prêt par un long râle de plaisir de Rod.

    Je suis dans ses bras, mon dos accolé contre son corps, ma tête reposant contre son épaule et son bras. Je ferme les yeux, repenses à ce qui s’est passé avec Leila.

    - Je… n’ai pas réussi à bander…
    - Hein ?
    - Avant-hier… avec Leila… elle voulait qu’on fasse l’amour mais je n’arrivais pas à être excité… je n’arrivais à penser qu’à toi et à toi seul. Elle m’a alors fait avaler un cachet… je ne sais pas quelle drogue c’était mais j’ai perdu le contrôle de mon corps… j’étais semi conscient… je ne me rappel que de quelques flashs…
    - Pour..Pourquoi t’as accepté de coucher avec elle?
    - Pour te protéger… elle m’a dit qu’elle allait détruire ma carrière et détruire la renommé de ton bar… je m’en fou si ma carrière est détruite mais je n’ai pas envie que tu souffres et surtout pas à cause de moi. Mais ça n’a servit à rien… ah ah… c’était stupide de me laissé faire… elle a quand même mis sa menace à exécution… tu as eu des problèmes avec les mecs du sanitaire à cause de moi.

    Ma voix est triste... cassée par moment... Je pose mon bras sur mon visage… j’ai envie que le temps s’arrête… alors peut-être pourrions nous être heureux…

    POV Rod

    -Rien n'est vraiment arrivé, elle a fait de la merde, certes ça va être dure mais, on a prouvé que c’était de fausses accusations du « poeple mode » et... Je peux la faire virer.
    -Elle a trop de relations dans le monde de la mode...... s'attaquer à Leila c'est signer son arrêt de mort... je suis bien placé pour le savoir. Je l'a connais bien...
    -Amour... Elle s'est fait des relations avec le journal... Je me suis fait des relations en créant d'autres relations... Je suis un entremetteur du monde de la mode...

    J'éclate de rire à ce moment, avant de redevenir sérieux.

    -Elle n'est pas intouchable amour...
    -Je sais Rod... mais... je n'ai pas envie qu'on commence à se livrer une guerre... puis... je me sens coupable, coupable de ce qu'elle est devenu...
    -Arrête de te sentir coupable ok ? Elle est devenus comme ça ? Non elle l'a toujours été au fond d'elle... On ne devient pas comme ça du jours au lendemain, on l'est ou non...
    -Je... sais pas... je sais plus...
    -Crois moi...

    Je l'embrasse sur le front, puis je le regarde dans les yeux, mes mains autours de son visage pour qu'il soit obligé de me regarder.

    -Je te protégerai toujours, elle a osé te faire du mal sous prétexte qu'elle t'aime ! Juste par jalousie elle t'a détruit... Je ne lui pardonnerai jamais ! Je lui ferai payer ! Je ne suis pas assez gentils pour la laisser comme ça.

    POV Mat'

    Deux jours sont passés depuis les révélations que je lui ai faites. Cindy est venue nous voir en nous disant qu’elle partait quelque temps dans un autre pays entraînant Leila avec elle. Elle a besoin de passer du temps avec sa meilleure amie et essayé de la raisonner et comprendre ce qui se passait dans sa tête. Rod était fâché, il trouvait que c’était trop facile de la laisser partir sans réagir. Le connaissant, je sais assez qu’il est comme Bri… il peut agir au quart de tour. J’ai eu très peur en entendant ce qu’il a dit à Cindy… je ne pourrais pas le supporter si Rod allait en prison pour agression, coups et blessures. Il a soupiré quand je l’ai supplié de ne pas intervenir… d’attendre que les choses se tassent un peu. Il a finit par accepter à contre cœur mais « rien que pour toi » comme il l’a dit. Il a peur que je continue de culpabiliser à cause de ce qu’il s'est passé mais au fond de lui je sais très bien qu’il bouillonne de rage contre elle.

    Je suis entrain de préparer le dîner quand je sens des bras m’entourer et des lèvres sur mon cou.

    - Rod… ah ah… si tu continue j’aurais pas finit le dîner à temps…
    - Ils arrivent que dans 2h… on a tout notre temps…

    Il me dit ça en passant ses mains sous mon tablier avant de les glisser sous mon T-shirt. Le contact de ses mains froides sur ma peau me fait frissonner.

    - Rod… aaah… non…

    Il vient de passer sa main dans mon boxer et commence à jouer avec mon frein déjà excité par ses câlins privilégiés.

    - Rod… arrêtes… mmmmhh….
    - Tu dis ça mais ton corps dit le contraire…
    - Imbécile… mon corps t’appartiens c’est normal qu’il réagisse au quart de tour… lui dis-je en rigolant…
    - Raison de plus… j’ai envie de toi…

    Len et Bri passent la soirée à la maison. Len stress à mort pour le match final de Bri qui en passant c’est amoché avec le match de demi final avec le suédois. On a pas pu soutenir Len lors du combat de demi final… on veut être là lors de la final. Enfin… du coup, Brivael prend quelque temps de repos obligé par un Len obstiné et borné et approuvé par son oncle et entraîneur. Le petit Len a enfin permis à son mec de sortir de chez eux… ah ah… je l’imaginais pas aussi téméraire le petit chat de Bri, il me surprend de plus en plus. Je suis sortie de mes pensé par mon plat sur le feu qui commence à mijoter. Je sens Rod continuer de me caresser et tenter par tout les moyens de me faire céder. Je finis par me retourner pour me retrouver face à lui. Je lui dis en soupirant,

    - Si tu me prends maintenant… Tu vas vouloir le faire plusieurs fois et après je pourrais plus marcher et encore moins recevoir nos amis convenablement…
    - Mais euh…

    Il prend une moue boudeuse qui me fait sourire. Je l’embrasse tendrement avant de lui susurrer à l’oreille

    - Je veux bien m’occuper un peu de toi… mais il faudra attendre ce soir pour le reste.

    Je mordille ensuite son oreille et descend le long de son corps pour finir devant la bosse qui déforme son pantalon. Je descends sa braguette, puis baisse son pantalon et son boxer avant de prendre son sexe en bouche. J’entame de long va et vient, joue avec ma langue sur sa longue tige, mordille son gland perlant du à l’excitation pour finir par reprendre son frein en bouche. Il pose sa main sur mes cheveux et m’incite à accélérer les allers-retours. Il gémit c’est trop mignon… il me dit entre ses dents, « putain amour tu vas me rendre fou… ».

    POV Rod

    Sa bouche va me rendre fou, sa langue me rend fou... Il s'est amusé à me faire gémir jusqu'à la jouissance, il a tout avaler.. Puis s'est relevé après avoir « rangé mon matos » . il m'a souris en me disant maintenant d'attendre que les invités soient partis.

    Il m'a dit ensuite de mettre la table avant d'allé me laver. Lui retourne à sa cuisine pour finir le plats. J'ai sortis les couverts les mieux que j'ai, en gros pas super classe mais, ça suffis amplement pour mon meilleur pote et son homme-chaton.

    Je voulais prendre ma douche avec Mat mais, il m'a presque frappé pour que j'y aille seul. Je suis sortis après dix minutes sous l'eau. Mat s'est dépêché d'aller se laver à son tour sous le jet après s’être échappé de mes bras. Je me suis habillé vite fait, d'un slim (oui oui, j'aime ça...) et d'une chemise simple. J'ai mis le collier que m'a offert Riel il y a 6 ans.

    Il a juste eu le temps de s'habiller pour ouvrir la porte à Bri et Len... Mat a eu un sursaut en voyant Bri et Len a directement regardé son homme en lui disant « T'as vu ! J'avais raison ! »

    On a pris un apéritifs tranquille dans le salon. Len n'arrête pas de regarder son homme sous toutes les coutures pour vérifier qu'il va bien. Il me fait trop rire. Mat aussi souris, il va mieux, c'est vraiment bien.

    B-Chaton ! Je vais bien !
    L-Tu as été blessé !
    B-Oui, mais c'est guéris, j'ai juste...
    R- Une sale gueule...
    B-Merci dready...

    Je suis éclaté là, il me regarde dans les yeux avec des éclaires, comme s'il me disait « petit con ».

    POV Mat'

    J’ai éclaté de rire… Rod met toujours les pieds dans le plat. Je me suis excusé avant de me rendre dans la cuisine pour finir de préparer l’apéro que j’ai pas eu le temps de faire avant. J’entends soudain une petite voix familière,

    - Mat ?

    Je regarde Len entrer dans la cuisine un peu inquiet. Il me dit d’une petite voix,

    - Tu… enfin… comment tu te sens ?
    - Ça va…
    - Sérieux ? Tu me mens pas hein ?

    Je lui souris, un sourire triste,

    - Ça va… je m’en remettrai… j’ai pas le choix non ?
    - Mat…
    - Ça va allé… Rod est là… puis toi aussi alors je ne peux que m’en remettre…
    - Et… Leila ? Elle… elle t’a vraiment…

    Je lui lance un regard de coin tout en posant les petits fours sur une assiette. Il me demande,

    - Et maintenant ?
    - Elle est partie je sais pas où avec Cindy…
    - Ah…

    Je m’approche et le prends dans mes bras…

    - Non Len… si tu pleurs je pourrais pas me retenir aussi…
    - Pardon… pardon Mat…
    - Imbécile pourquoi tu t’excuses…
    - J’étais pas là pour toi… je savais pas ce qui se passait dans ta vie… déjà quand tu te droguais… je l’ai appris plus tard… tu devais te sentir si seul… pardon Mat… pardon…
    - Arrête de pleurer Len… s’il te plait…

    Il essuie ses larmes et plonge ses yeux encore ruisselant dans les miens, il me dit d’une manière solennelle,

    - T’es mon meilleur ami Mat… et je serai toujours là pour toi !

    Je souris… Bri entre dans la pièce et regarde Len comme s’il comprenait ce qu'il venait de se passer. Len prend les plats et les amènes au salon. Brivael s’avance vers moi et me demande,

    - Ca va toi ?
    - Oui... et toi pas trop amoché ?
    - Ah ah… j’ai connu bien pire… Len t’as parlé ?
    - Oui… il n’a pas changé, il est resté fidèle à lui-même… et même après tout ce qu’il a traversé lui-même il trouve encore le moyen de s’en faire pour les autres.
    - Ouais… il est comme ça… mais j’en connais un autre qui est comme lui…

    Je le regarde surpris. Bri ne m’a jamais spécialement apprécié, juste supporté alors qu’il me dise ce genre de chose, ça me surprend. Il me dit alors,

    - N’en fait pas trop Mat… si tu prends trop sur toi sans en parler ça te détruira et tu détruira ton entourage en même temps… je le permettrais pas…
    - Pour Len et Rod ?
    - Oui… et pour toi aussi… Len a faillit se détruire à l’époque et je refuse de revoir ce genre de chose se reproduire devant mes yeux…
    - Et tu attends quoi de moi en me disant ça ?

    Ma voix tremble… je ferme les yeux pour essayé de me contenir mais ma voix cassé et instable doit trahir mon état actuel,

    - J’ai l’impression qu’elle a fait des brèches dans ma vie… des blessures sanglantes que je n’arrive pas à fermer… j’ai beau tout faire pour ne plus y penser… les souvenirs me hantent… les blessures ne se referment pas mais saignent d’avantage…

    La voix de Rod résonne dans la pièce comme un coup de tonnerre brisant le silence,

    - Alors je prendrais le temps qu’il faudra mais je les panserai à ta place… je guérirai toutes les blessures qu’elle t’a infligé jusqu’au dernier…
    - Rod… tu… tu écoutes depuis combien de temps ?
    - Suffisamment…

    Len est juste derrière Rod, il me regarde d’une manière triste mais qui me montre qu’il me soutient…


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique