• Kuro ryü no gemu - partie 5

    Chapitre 5


    < POV Yuukiichiro >

    Le jeune maitre part sans mot ni regard à mon encontre. Je ne sais pas pourquoi il a fait ça. Mon tatouage est-il bizarre?

    Étant un yakuza et de par mes actions, j'ai mérité de porter ces tatouages. Un dragon dans le dos ainsi que carpe-koï sur mon épaule.




    J'enfile ma chemise ainsi que mon pantalon. Puis je prends ma veste et sors. J'arrive près du salon de mon jeune maitre en tenue. Ma mission est tout simplement de l'accompagner dans sa journée. Sa mère lui demande de faire quelques courses. A partir d'aujourd'hui, je suis son chauffeur, pour ne pas prendre le risque qu'un tiers le mette en danger. Seul Ray peut le suivre avec moi-même.


    < POV Akihiko >

    Je presse le pas jusqu’au salon. Mon cœur bat très vite…mais qu’est-ce qu’il m’a pris ? Je n’ai jamais touché le corps de quelqu’un et encore moins celui d’un garçon.
    Je jette un regard sur le côté et aperçois le visage intrigué de Ray. Je l’ignore et m’annonce devant la porte coulissante séparant le salon du corridor. On me donne la permission d’entrer et je m’approche de ma mère.

    - Akihiko-kun

    - Oui Oka-sama [mère] ?

    - J’aurais besoin que tu fasses quelques courses pour moi. Tu vas te rendre dans le centre avec Ray et me rapporter le matériel nécessaire pour la cérémonie du thé. J’ai fait une liste des endroits où tu devras te rendre.

    Elle me tend le papier.

    - Tu iras également dans ce magasin qui se trouve tout en bas de la liste. Là, tu essayeras des kimono et en choisiras un pour la réception auquel nous devrons assister dans trois jours.
    Elle se tourne ensuite vers la porte restée entrouverte,

    - Yuukichiro-kun, entre !

    - Oui Kami-sama ?

    - Je te confie mon fils, prends-en le plus grand soin. S’il lui arrive quelque chose, tu sais ce que tu risques.

    Je suis bouche-bée devant cette scène. Je n’ai jamais entendu ma mère parler de la sorte. J’ai l’impression de me tenir debout devant une autre femme. Yuukiichiro-san s’incline en lui faisant la promesse de donner sa vie pour moi s’il le faut.

    Elle redevient soudainement « normale » en s’adressant à moi,

    - Yuukichiro-kun sera ton chauffeur et garde-du-corps dès cet instant. Reste sage et ne le quitte pas d’une semelle, d’accord ?

    - Oui Oka-sama…

    Nous sortons tous les trois de la pièce. Je suis complètement perdu. Depuis quand ma mère fait-elle si peur ?


    < POV Yuukiichiro >

    M.Y : Kozou Oyakata, vous allez bien?

    T.A : Oui, oui, je n'ai juste pas l'habitude de voir ma mère ainsi.

    M.Y : C'est une femme de Yakuza, Kozou Oyakata. Elle est obligée de se montrer dure envers les Kobun du Gumi Yamigochi-rengi. Les femmes ne sont que trop peu présentes dans le monde des Yakuza.

    T.A : Je n'aime pas le monde des yakuza.

    M.Y : Les yakuza ne sont pas plus durs que l'humanité, ils sont juste plus opportunistes. Il y a ceux qui se font marcher dessus, et ceux qui contrôlent. Nous contrôlons et je vous apprendrai à contrôler.

    Kozou Oyakata se  tait mais son regard noir me montre son mécontentement.  Il ne comprend pas encore que maintenant, sa vie est en jeu. Il se doit de devenir fort et même impitoyable pour survivre. Après que  Tamagochi-kozousama se soit installé, je me mets derrière le volant et conduis, nous menant au premier magasin. Le quartier peut sembler très calme, mais il est tout de même dangereux. Le Clan Catoge-renjo a son quartier général tout près sous l'apparence d'une blanchisserie. C'est un petit Gumi comparé à celui de la famille Tamagochi, mais il reste assez dangereux.

    J'ouvre la portière au jeune maitre et à Ray. Ils entrent dans l'épicerie fine calmement, ils ne se rendent pas compte du danger. Je vérifie la présence de mon arme et les suis dans le petit magasin tenu par une vieille femme. Takirui Sakura est une femme qui a toujours fourni en thé la famille Tamagochi.


    < POV Akihiko >

    Je sors de la voiture et m’aventure dans le magasin. Ce n’est que le premier endroit de la liste où je dois me rendre et j’en ai déjà marre. Il fait chaud, mais un petit courant d’air frais fait bouger le carillon suspendu à l’entrée du magasin. Je le regarde avec attention, Yuukiichiro-san se place à côté de moi et prend la parole.

    - En fang shui, les carillons comme celui-ci, peuvent avoir plusieurs fonctions : appeler ou repousser. Ils appellent à l’ordre ou à la prière tout en éloignant les esprits maléfiques, les énergies négatives ou encore les maladies.

    Le silence régnant ici est reposant. La cloche tinte plusieurs fois et s’arrête pour reprendre de plus belle. Je m’avance vers la vendeuse. Je m’incline et lui présente mes respects.

    - Konnichiwa Takirui-san ! [Bonjour Takirui-san !]

    - Oh Akihiko-kun, tu as bien grandi, tu deviens gentiment un adulte.

    Elle se met soudain à rire et se tourne vers ceux qui m’accompagnent.
     
    - Voilà le petit Ray, tu as aussi bien grandi mon garçon, comment va ta mère ? Est-elle encore malade ?

    - Sa santé est encore très fragile, merci de demander de ses nouvelles. Le médecin de la famille Tamagochi s’occupe bien d’elle. Je leur en suis vraiment reconnaissant.

    - Oh, je vois, j’espère qu’elle ira mieux.

    Je regarde Ray qui a le visage baissé et le regard sombre. L’état de santé de sa mère est un sujet qu’il n’aime pas aborder.

    - Et vous êtes ?

    Elle vient de s’adresser à mon « garde casse-pieds », qui lui répond tout en s’inclinant,

    - Hajimemashite, watashi wa Matsuda Yuukiichiro desu. Yoroshiku o-negai shimasu. [Enchanté, je suis Matsuda Yuukiichiro, je vous prie de faire le nécessaire.]

    - Matsuda ? Comme dans Matsuda Daiki ?

    - Oui, Matsuda Daiki est mon père.

    - Donc ta présence, au côté du Kozou Oyakata ne peut signifier qu’une seule chose.

    - Oui, en effet.

    - Très bien. Je vous conseille d’être très prudent, vous n’êtes pas sur un de vos territoires.

    Pourquoi m’appelle-t-elle « jeune maitre » ? C’est une manie chez eux ou quoi ?


    < POV Yuukiichiro >


    M.Y : Je le sais, je suis d'ailleurs préparé à n'importe quelle situation, le jeune maitre est protégé.

    T.S : J'espère bien, sinon, vous  aurez quelques problèmes.

    M.Y : J'y suis préparé.

    Le jeune maitre me regarde, interrogatif. Il doit se demander quel genre de problèmes je pourrais avoir, ou peut-être qu'il s'en moque... Il achète le thé puis nous sortons du magasin. Je sors avant lui pour lui ouvrir la voiture.

    Je n'avais pas prévu qu'un homme surgirait d'une ruelle quand le jeune maitre atteindrait la voiture. L'homme pointe une arme en direction du jeune maitre. Je me place directement devant lui.

    Homme : Pousse-toi ! Ou je tire!

    M.Y : Qui es-tu?

    Homme : Pousse-toi ou je tire!

    L'homme est en colère. Il semble instable et surtout il ne semble pas se rendre compte de ses actes. Je tente le tout pour le tout. Je sors mon arme et tire sur lui, mais un reflex de sa part fait que je me prends à mon tour une balle.

    Je tombe à genoux en criant à Ray de mettre le jeune maitre à l'abri dans la voiture. Je reste à l'extérieur et  tente de récupérer mon arme au cas où plusieurs autres hommes arriveraient vers nous.

    M.Y : Ray! Appelle le Gumi! Demande de l'aide!

    Je m'adosse à la portière passagère et ferme la voiture à clef. La balle dans ma jambe m'empêchera de conduire, et me bloque donc ici.

    Lexique chap 5

    Yamigochi-rengi = Clan Yamigochi
    Gumi = Clan

    « Kuro ryü no gemu - partie 4Kuro ryü no gemu - partie 6 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :