• Kuro ryü no gemu - partie 2

    Chapitre 2


    < POV Yuukiichiro >


    Matsuda Daiki : Yuukiichiro-kun, tu sais depuis que tu es jeune, que tu dois me succéder?

    Matsuda Yuukichiiro : Oui Otô-san, j'y suis préparé.

    M.D : J'ai reçu un message de Tamagochi-Sama. Il souhaite que sa formation commence le plus tôt possible.

    M.Y : D'accord, Otô-san quand rencontrerai-je Kozou Oyakata?

    M.D : Demain soir. Tu devras aller le chercher à son lycée. Je viendrai avec toi, nous irons le chercher nous-même en cours.

    M.Y : Pourquoi en cours?
    ….
    Zannnen Otôsan.


    M.D : Ce n'est rien, ta question est normale Yuukiichiro. L'Oyakata Tamagochi souhaite que son fils n'échappe pas à son avenir. Faire en sorte qu'il soit connu même au sein de son lycée, rendra sa formation obligatoire pour l'honneur de son sang.

    M.Y : Digne d'un maitre Oyabun.

    Après cette conversation je suis allé me coucher. Je me réveille le lendemain à 6h, comme tous les jours. J'enfile mon kimono et me dirige vers le dojo pour m'entrainer. J'y reste durant quelques heures puis me dirige vers la maison principale pour m'habiller.

    Comme dans toute famille qui se respecte, à mon sens, nous mangeons à midi, tous ensembles. Puis vers 14h30 nous allons dans l'établissement scolaire du jeune maitre. Je ne pense pas qu'il sera si heureux que ça. Si j'ai bien compris, il n'accepte pas son futur rôle, et donc voir deux hommes en costume noir venir le chercher à l'intérieur même de l'établissement, ne devrait pas le rendre heureux.

    < POV Akihiko >

    - Onii-sama !!! Onii-sama réveille-toi !

    - Qu’est-ce qu’il y a Kotoko-chan ?

    - J’ai besoin de toi pour un devoir que je n’ai pas pu finir hier soir…

    - Kotoko-chan tu abuses, tu as vu l’heure ?

    - Oui il est 6h15 mais s’il te plait, je n’ai pas dormi de la nuit à cause de ce devoir et il faut le rendre aujourd’hui… onegaishimasu [s’il te plait]

    - Raaah, tu as de la chance que tu sois ma imoto-chan …sinon je me lèverais jamais à cette heure-là…

    Kotoko devrait apprendre à se débrouiller un peu seule, je ne serais pas toujours derrière elle pour l’aider.

    - Bon quel est le problème ?

    Elle me montre alors ses devoirs et nous les faisons ensemble. Cela ne me prend pas plus de 15 min et elle est émerveillée.

    - C’est sûr, tu iras à Kyodai

    - Arrête voir un peu…

    - Mais je suis sérieuse onii-sama

    - Kotoko, n’utilise pas « -sama » tu sais très bien que je n’aime pas ça…

    - Oui oui…o-nii-ch-an !!!

    Elle me fait un clin d’œil en me tirant la langue

    - Tu vas voir, viens ici…

    Je l’attrape par la taille et la jette sur mon lit. Nous commençons alors une bagarre de chatouilles digne d’enfants de quatre ans, jouant et rigolant aux éclats.

    Ray : Akihiko-sama, soyez plus discret s’il vous plait…

    Kotoro : Nous ne faisons rien de mal Ray. Arrête de toujours t’inquiéter pour tout et pour rien.

    Akihiko : Exactement, écoute la voix de la sagesse de la grande miko Kotoro-dono !!!

    Kotoro : Baka , si je suis une miko, tu es mon Kami-sama.

    Nous nous remettons à rire. Kotoro et moi sommes vraiment très proches. Elle est ma confidente dans ce monde de brute. Elle a 14 ans, les cheveux d’un noir profond et les yeux aux couleurs de la nuit. Elle a un rire cristallin qui colle très bien à sa personnalité joyeuse et débordante. Elle remonte le moral de tout le monde sans s’en rendre compte, rien que par sa présence.

    R : Sumire-san vous demande de vous rendre dans votre chambre afin vous habiller. La voiture est déjà en bas.

    K : Quoi déjà ? Mais il est quelle heure ?

    R : 6h45 Kotoko-sama!

    K : Aaaahh mince je dois me préparer et déjeuner…je suis à la bourre !

    A : Ça t’apprendra à faire tes devoirs à la dernière minute et d’aller dans une école à une heure de route d’ici !

    K : Comme si j’avais choisi d’intégrer une école privée de filles…

    A : D’ici l’année prochaine tu viendras dans mon lycée alors râle pas…moi aussi j’ai été dans un collège de garçon… au moins maintenant je suis dans une école mixte.

    ? : Kotoko-sama !

    K : J’y vais…

    Je rigole en la voyant filer en trombe dans le corridor. Quant à moi, je me lève, me douche et m’habille. C’est un peu la routine qui reprend. Le petit déjeuner, la limousine jusqu’au lycée, l’attroupement de filles, les cours, le repas de midi, et les cours.

    Je suis maintenant en pleine classe d’anglais. La prof est ennuyeuse à mourir. Elle récite sa leçon d’une voix monotone et régulière. Dans la salle, certains élèves dorment, d’autres tapent sur leurs portables ou regardent des images défiler sur l’écran de la pièce. J’aime bien ce lycée. Comme je vous l’ai déjà dit, c’est une école privée. A ce jour, il y a 1028 garçons, 568 filles et 300 membres du personnel scolaire (professeurs, staffs, cuisiniers, caissiers etc.). Chaque salle de classe possède un écran plat ainsi qu’un climatiseur. Dans le bahut, on trouve une vingtaine de distributeurs de boissons à des prix vraiment réduits. Il faut dire que l’école n’est pas en manque d’argent. Un télescope géant surplombe le toit du lycée tandis qu’une piscine énorme se trouve sur un de ses côtés.

    Bref ce lycée est fait pour les riches, car il faut payer pas mal d’argent pour pouvoir y accéder. Beaucoup d’élèves qui en sortent, intègrent des universités prestigieuses telles que Tokyo Daigaku mieux connue sous le nom de Todai, ainsi que Kyoto Daigaku alias Kyodai.

    Je sursaute en entendant la voix de la prof crier,

    - Hai, ni hairu! [Oui, entrer !]

    Je regarde les autres élèves qui sont tous revenus « sur terre ». Je me tourne vers la porte et un hoquet de surprise se coince dans ma gorge au moment où j’aperçois des habits familiers franchir le seuil de la porte. Les chuchotements commencent d’ores et déjà à se multiplier dans la classe. Que fait-il là ? Que fait Matsuda Daiki dans ma classe, habillé de la sorte en plus ? Que vont penser les autres ?

    < POV Yuukiichiro >

    J'entre dans la classe suivi de mon père. Dès notre entrée, des murmures se font déjà entendre. Les filles chuchotent je ne sais quoi. Père s'avance vers le professeur et lui parle à voix basse. Cette dernière finit par parler.

    Professeur : Seijaku ! Tamagochi Akihik-kun, okite kudasai onegeishimasu. [Silence ! Tamagochi Akihiko, levez-vous s’il vous plait]

    Un jeune garçon se lève alors, il semble gêné. Alors c'est lui? Que vais-je bien pouvoir apprendre à un garçon si frêle? Va-t-il pouvoir un jour prendre la suite de son père?

    Matsuda Daiki : Kozou Oyakata, comme il vous a été dit il y a plusieurs années, votre formation commence dès aujourd'hui. Voici mon fils Matsuda Yuukiichiro, il sera votre garde du corps dès à présent.

    Tamagochi Akihiko : Ore o baka ni suru no ka? Mattaku bakarashii [Tu te fous de moi ? c’est complètement débile ! ]

    Je vois Kozou Oyakata prendre ses affaires et partir. Je l'intercepte dans l'embrasure de la porte. Un regard vers Otô-san me conforte dans mon idée, je dois bien agir de la sorte... Je suis aux ordres du Kozou Oyakatat out en étant son Sensei.


    Matsuda Yuukiichiro : Navré Kozou Oyakata,  mais votre cours n'est pas terminé, veuillez-vous assoir en attendant la fin du cours s'il vous plait.

    Kozou Oyakata me lance un regard noir puis retourne s'assoir après les recommandations autoritaires de son kyoushi. Père est parti, me laissant seul avec Tamagochi-sama. Je me poste debout au fond de la salle, attendant la fin du cours.

    Certaines filles se retournent sur moi ainsi que des garçons. Je n'avais plus vu ce genre de comportement depuis bien longtemps. Je dois tout de même rester sérieux.


    <POV Akihiko >

    La honte…voilà le mot qui me caractérise en ce moment.

    Les regards sont tournés vers moi et je sens que les ragots vont aller bon train. En entendant les paroles de Daiki-san, mon sang n’a fait qu’un tour. J’ai eu envie de tout casser et de partir de cet endroit mais…mon regard s’est figé dans celui de son fils… il m’a donné l’ordre d’aller me rassoir et sachant très bien que je pourrais avoir des problèmes avec mon père, il m’a fallu obéir.

    - Akihiko…hey….pssssst Akihiko-kun !

    Je lève les yeux et aperçois un de mes camarades me tendant un petit mot. J’allonge le bras pour l’attraper mais mon nouveau garde du corps l’intercepte et me lance un regard assassin. Je soupire, assez fort. La classe commence à chahuter et les chuchotements reprennent de plus belle. Je plonge mon regard dans celui de mon nouveau « persécuteur ». Je sens que ça ne va pas le faire…vraiment pas…

    Lexique du chapitre =

    Kozou Oyakata= jeune maitre
    ôto-san= Père
    Zannnen= Désolé (navré)
    sensei= Professeur, instituteur
    kyoushi= Professeur a l'ecole
    Seijaku= Silence
    okite kudasai = Se lever/ Levez vous
    Imoto = petite sœur (porte le sufixe "chan" quand la ersonne est familière)
    Kami = dieu
    Mattaku bakarashii = "C’est complètement débile" !
    Miko = jeunes femmes au service d'un sanctuaire shintoïste, équivalent à « prêtresse » mais ce mot n’existe pas vraiment.
    Onegaishimasu = S’il vous plait
    Oyakata = maitre
    Baka= Idiot, Imbécile
    Onii-sama= Grand frère, de façon polie

    « Kuro ryü no gemu - partie 1Kuro ryü no gemu - partie 3 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :